Imprimer

La vie des familles après une séparation : l’état de la recherche en 2018

le 15 06 2018

Différents rapports, ayant fait état du peu de données existantes sur les conditions d’organisation des familles suite à une séparation en France, ont conduit la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) à publier une revue de littérature sur le sujet en juin 2018.

Les conditions de vie des familles et des enfants après une séparation : état des lieux

D’après le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la justice, sur les 130 000 divorces prononcés en France en 2009, près de 60% impliquaient au moins un enfant mineur. Les familles monoparentales représentent 18% des familles avec au moins un enfant mineur.

Prenant appui sur les données fiscales, l’Insee évalue à 160 000 le nombre d’enfants mineurs ayant vécu le divorce ou la rupture du pacte civil de solidarité de leurs parents en 2009. Les déclarations fiscales, un an après l’évènement, révèlent que 76% des enfants mineurs sont gardés principalement par leur mère et 9% principalement par leur père. La résidence alternée, dont le recours a progressé au cours des années 2000, concerne 15% des enfants. Les séparations entre frères et sœurs sont rares (5%).

Le recours à la garde alternée, plus fréquent pour les parents aux revenus élevés, concerne plus souvent les enfants d’âge scolaire en école maternelle ou primaire, mais moins ceux aux âges du collège et surtout du lycée.

La recherche sur l’après-séparation des familles, plus développée à l’étranger qu’en France

Le dossier de la Drees souligne un certain décalage entre les recherches effectuées à l’étranger et celles effectuées en France sur le sujet. Aux États-Unis, au Canada ou en Australie, notamment, les recherches sur les modalités d’organisation quotidienne des familles séparées, menées à partir d’enquêtes quantitatives, prennent en compte le phénomène dans sa dimension territoriale et temporelle.

En France, les travaux de recherche sont davantage le fait de sociologues du droit, qui privilégient les pratiques des juristes, les populations et les faits passant par les tribunaux (couples en instance de divorce, procédure, jugement) qui renseignent peu sur les conditions de gestion du quotidien des familles séparées et de leur évolution dans le temps.

Les réformes législatives influencent fortement les pratiques des acteurs en France et à l’étranger. Ainsi en est-il de la réforme de 2002 en France reconnaissant officiellement la résidence alternée, de celle des procédures de divorce impliquant les notaires ou de la mise en place de l’Agence de recouvrement des impayés de pension alimentaire (Aripa) depuis janvier 2017.

Mots clés :

Rechercher