Violences : l’influence des drogues et de l’alcool [20130110]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Violences : l’influence des drogues et de l’alcool

le 10 01 2013 Archives.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a publié en décembre 2012 les résultats d’une enquête menée auprès des victimes (dite "enquête de victimation") au sujet de l’emprise de l’alcool ou de la drogue sur les auteurs de violences physiques ou sexuelles hors ménage ou au sein du ménage sur la période 2009-2012.

Pour les violences subies hors ménage, il apparaît que sur les 1,2 million de personnes se déclarant victimes, 36% disent, au sujet de l’auteur, qu’il était sous l’emprise de l’alcool ou d’une drogue dans le cas de violences physiques. Le taux atteint 27% pour des menaces et 21% pour des insultes. C’est l’alcool qui est le plus souvent désigné : dans les cas de violences physiques, près de 29% des personnes déclarées victimes disent que l’auteur était sous l’emprise de l’alcool (moins de 5% sous l’emprise de drogue uniquement). Pour ce qui concerne les violences subies au sein du ménage, sur les 900 000 victimes de violences conjugales, plus de 40% déclarent que l’acte de violence a été commis sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue. Ce taux atteint 49% pour les femmes s’étant déclarées victimes de violences physiques ou sexuelles par leur conjoint. Ce taux est deux fois et demi supérieur à celui mesuré pour les hommes.

Dans son rapport 2012 publié en novembre, l’ONDRP évaluait à 267 le nombre de décès imputables aux violences conjugales en 2011.

Mots clés :

Rechercher