Basse Normandie| vie-publique.fr | Actualités | Dossiers d'actualité

[ Publicité ]
Imprimer

élections régionales 2010 Basse Normandie

le 9 02 2010 Archives.

Basse Normandie

Basse Normandie

Présentation de Basse Normandie

(source : INSEE)

Avec 17 589 km², la Basse-Normandie couvre 3,2 % du territoire métropolitain et abrite 2,4 % de la population française. Au 1er janvier 2006, 1,457 millions d’habitants y résident, dont 46 % dans le Calvados. Depuis 1999, la population bas-normande croît en moyenne de 0,3 % par an, portée avant tout par l’excédent des naissances sur les décès.

La Basse-Normandie conserve un caractère rural très marqué : 35 % des habitants vivent dans un espace à dominante rurale, pour 18 % en France métropolitaine. Seulement quinze villes comptent plus de 10 000 habitants. La population bas-normande est concentrée au sein de ces villes, notamment Caen et Cherbourg, mais également sur les littoraux.

En 2006, la Basse-Normandie emploie 588 600 personnes, soit 2,3 % de l’emploi métropolitain. Près de neuf actifs ayant un emploi sur dix sont salariés et le secteur tertiaire regroupe 69 % de l’emploi régional (contre 75 % en métropole). La région est très agricole : 6,5 % des emplois relèvent du secteur primaire (3,5 % en métropole). Avec 21 % des emplois industriels, l’agroalimentaire est le premier employeur industriel régional. Orienté principalement sur la transformation du lait et de la viande, le secteur constitue un des atouts majeurs de la Basse-Normandie. A l’image du reste de l’industrie bas-normande, elle produit cependant peu de valeur ajoutée.

L’industrie conserve un rôle important dans la région : 18 % des emplois bas-normands sont situés dans ce secteur (15 % en métropole). L’automobile est, avec les industries agricoles et alimentaires, un secteur phare de la région. Peu de grands constructeurs y sont implantés, mais les équipementiers de premier rang et les PME de sous-traitance sont nombreux, apportant un volume important d’investissements. Cette spécialisation régionale explique en partie que la Basse-Normandie a subi la récession plus durement que d’autres régions. En 2008, le PIB régional a reculé de 0,8 % ; alors que le PIB français affichait une croissance ralentie mais positive. Le chômage a crû dans la région davantage qu’en France.

L’importance des emplois agricoles et la faible qualification des emplois industriels expliquent en partie la faiblesse relative des revenus (revenu médian par unité de consommation de 16 400 euros en 2007 en Basse-Normandie, contre 17 500 en métropole). Le rapport entre haut et bas revenus est également plus faible que la moyenne métropolitaine. Il est plus élevé au sein des villes de la région, lieux de plus forte mixité sociale.

Les élections régionales de 2004

En 2004, 3 listes se sont maintenues au second tour du scrutin : la liste conduite par Fernand Le Rachinel (Front national) a emporté 5 sièges au conseil régional avec 13,78% des suffrages exprimés, la liste conduite par René Garrec (liste de droite) 14 sièges avec 40,01% des suffrages exprimés et Philippe Duron (liste de gauche) 28 sièges avec 46,22% des suffrages exprimés.

Site du Conseil régional Basse Normandie

Rechercher