Corse| vie-publique.fr | Actualités | Dossiers d'actualité

[ Publicité ]
Imprimer

élections régionales 2010 Corse

le 9 02 2010 Archives.

Corse

Corse

Présentation de la région

(Source INSEE)

Véritable « montagne dans la mer », la Corse est située au cœur du golfe de Gênes. Insularité et relief montagneux lui confèrent un certain isolement, atténué cependant par sept ports et quatre aéroports internationaux. Sa géographie constitue également un atout pour l’Île de Beauté, où le tourisme occupe une place importante.

Avec 273 000 habitants au 1er janvier 2004, la Corse ne retrouve pas le maximum historique atteint au début du XXe siècle (300 000 habitants). Cependant, la croissance démographique s’accélère depuis 1999 (1 % par an en moyenne), essentiellement sous l’effet des mouvements migratoires. À l’exception des jeunes de 20 à 29 ans, qui quittent l’île pour poursuivre leurs études ou rechercher un premier emploi, le solde migratoire est positif pour toutes les tranches d’âge. En revanche, le solde naturel est quasiment nul en Corse depuis trente ans, principalement en raison d’une fécondité plus faible que la moyenne nationale.

Avec 31 habitants au km², la densité de population est la plus faible de la France métropolitaine. De plus, cette population est très concentrée dans les deux centres urbains de Bastia et d’Ajaccio. Les communes proches de ces deux pôles ont par ailleurs connu une croissance démographique particulièrement rapide au cours des dernières années.

Avec une progression moyenne du PIB de 3,4 % par an en moyenne depuis 1997, la croissance économique a été la plus rapide de toutes les régions métropolitaines. Cependant, le PIB par habitant reste faible, inférieur de 11,5 % à la moyenne de province. Cette croissance a vivement stimulé l’emploi, qui a augmenté au rythme moyen de 2,7 % par an. Le taux de chômage a ainsi nettement reculé depuis 1997 mais reste supérieur d’un point à la moyenne métropolitaine.

L’agriculture ne représente que 2,1 % de la valeur ajoutée totale. Le tissu industriel est très réduit et reste concentré dans la transformation des produits agroalimentaires. Le poids de l’industrie n’est que de 6,4 % de la valeur ajoutée, soit 2,5 fois moins que pour la métropole. À l’inverse, la construction pèse plus en Corse que dans toute autre région française. Après avoir traversé une crise au milieu des années quatre-vingt-dix, ce secteur a renoué avec une forte croissance et contribue largement au dynamisme de l’emploi. Les services tiennent une place prépondérante dans l’économie de la Corse. Stimulés par la croissance démographique et le développement de la fréquentation touristique, les secteurs du commerce et des services aux particuliers ont dynamisé l’économie, tant en termes de croissance que de créations d’emplois.

Les élections régionales 2004

En 2004 au second tour du scrutin, 7 listes se sont maintenues : la liste conduite par Dominique Bucchini (liste de gauche) a emporté 4 sièges avec 8,30% des suffrages exprimés, la liste conduite par José Rossi (liste divers droite) 4 sièges avec 7,80% des suffrages exprimés, la liste conduite par Simon Renucci (liste divers gauche)) 4 sièges avec 7,75% des suffrages exprimés, la liste conduite par Edmond Siméoni (liste régionaliste) 8 sièges avec 17,34% des suffrages exprimés, la liste conduite par Emile Zuccarelli (liste de gauche) 9 sièges avec 18,59% des suffrages exprimés, la liste conduite par Paul Giacobbi (liste divers gauche) 7 sièges avec 15,16% des suffrages exprimés et la liste conduite par Camille de Rocca Serra (liste de droite) 15 sièges avec 25,05% des suffrages exprimés.

Site du conseil régional de la Corse

Rechercher