Guadeloupe| vie-publique.fr | Actualités | Dossiers d'actualité

[ Publicité ]
Imprimer

élections régionales 2010 Guadeloupe

le 9 02 2010 Archives.

Guadeloupe

Guadeloupe

Présentation de la région

(Source INSEE)

Archipel de 1 705 km2 situé dans l’Arc antillais, la Guadeloupe est à la fois région et département. Elle doit faire face à la présence d’un volcan, la Soufrière (1 467 m) et aux passages récurrents de cyclones. La population de la Guadeloupe a plus que doublé depuis 1950, pour atteindre 453 000 habitants en 2005. Dans les années soixante, l’indicateur conjoncturel de fécondité était encore de 5,7 enfants par femme aux Antilles contre 2,6 en métropole. En 2005, il est de 2 enfants par femme aux Antilles, à un niveau très proche de la métropole. L’espérance de vie a très nettement progressé et s’élève en 2005 à 75 ans pour les hommes et à 81 ans pour les femmes. La Guadeloupe connaît traditionnellement une émigration vers la métropole qui s’est fortement accentuée dans les années soixante-dix. Depuis les années quatre-vingt-dix, le solde migratoire est proche de l’équilibre. En 1999, près d’un quart des natifs de Guadeloupe, soit 106 000 personnes, résidaient en métropole.

L’économie de la Guadeloupe s’apparente de plus en plus à celle de la métropole : le tertiaire marchand est à l’origine de la moitié de la valeur ajoutée. Le tertiaire non marchand induit un tiers de la valeur ajoutée contre 20 % en métropole. Les spécialisations traditionnelles perdent de leur importance : les bananes, le sucre et le rhum ne représentent plus que 1,9 % de la valeur ajoutée locale, le tourisme 5,5 %.

De 1993 à 2001, la Guadeloupe a enregistré, avec La Réunion, une des plus fortes croissances du PIB par habitant des régions françaises, soit 2,6 % par an en moyenne contre 2 % pour la métropole. Les économies des Dom subissent plusieurs surcoûts et handicaps (coûts élevés de transport, stockage, manque d’économie d’échelle…), que compensent des dispositifs de soutien et de protection contre la concurrence (défiscalisation, octroi de mer, aides publiques…). Cependant les hauts niveaux d’investissement, les salaires et transferts stimulent la production locale. Les écarts de niveaux de vie se sont réduits avec la métropole : en 2001, le revenu disponible brut par habitant en Guadeloupe était inférieur de 27 % par rapport à la métropole, contre 66 % en 1970. Néanmoins, les situations de pauvreté et de précarité restent importantes : les allocataires du RMI sont proportionnellement cinq fois plus nombreux qu’en métropole. Malgré une baisse depuis 1998, le chômage reste très élevé, comme dans les autres Dom : en 2005, il touche 26 % des actifs en Guadeloupe contre 9,6 % en métropole. Un tel décalage tient d’abord à l’exceptionnelle croissance de la population active depuis les années quatre-vingt, conséquence de la forte fécondité des années soixante et soixante-dix. Le développement de l’emploi outre-mer est également pénalisé par le retard prononcé des niveaux de formation : 41 % des personnes d’âge actif en Guadeloupe n’ont aucun diplôme, contre 16 % en métropole.

Les élections régionales de 2004

En 2004 au second tour du scrutin deux listes se sont maintenues : la liste conduite par Victorin Lurel (liste de gauche) a emporté 29 sièges avec 58,37% des suffrages exprimés et la liste conduite par Lucette Michaux-Chevry (liste de droite) 12 sièges avec 41,63% des suffrages exprimés.

Site du conseil régional de Guadeloupe

Les listes candidates

Listes du premier tour

Rechercher