Les nouveautés de la rentrée 2017 : effectifs des CP, rythmes scolaires et réforme du collège| vie-publique.fr | Actualités | Dossiers

Imprimer

Les nouveautés de la rentrée 2017 : effectifs des CP, rythmes scolaires et réforme du collège

le 27 07 2017

La rentrée scolaire a lieu le 1er septembre 2017 pour les enseignants et le 4 septembre pour les élèves. Pour sa première rentrée, le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. d’Édouard Philippe entend mettre en oeuvre quatre nouvelles mesures : le dédoublement des classes de CP en réseau d’éducation prioritaire, l’adaptation des rythmes scolaires, l’aménagement de la réforme du collège et le programme "devoir faits".

Le dédoublement des classes en CP

Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron, le dédoublement des classes en cours préparatoire (CP) est mis en oeuvre dès la rentrée de septembre 2017 dans les réseaux d’éducation prioritaire REP+. En 2018, la mesure sera étendue à toutes les classes de CP et de cours élémentaire 1 ( CE1) de REP et de REP+.

Aujourd’hui, 20% des élèves quittent l’école primaire sans bien lire, écrire et compter. La plupart de ces élèves appartient à des milieux défavorisés. L’échec scolaire se noue dans les premières années d’apprentissage, notamment à cause de lacunes dans l’apprentissage de la lecture. Un échec en CP prédit souvent un parcours scolaire chaotique.

Le dédoublement des CP vise à assurer un meilleur suivi des élèves les plus fragiles lors des premiers apprentissages fondamentaux, la lecture et l’écriture. En réservant cette mesure aux réseaux d’éducation prioritaire, l’objectif est de peser sur les inégalités scolaires.

Concrètement, cela signifie que le nombre d’élèves ne devra pas dépasser 12 dans les classes concernées. Pour y parvenir, 2500 postes d’enseignants sont redéployés. Les syndicats enseignants comme le Snuipp craignent que ce redéploiement s’effectue au détriment du dispositif "Plus de maîtres que de classes". Le ministre de l’Éducation nationale a assuré que le dispositif serait maintenu mais recentré sur les niveaux CP et CE1.

Qu’est-ce que le dispositif "Plus de maîtres que de classes" ?

Dans le cadre de la Refondation de l’école initiée en 2012, chaque école en éducation prioritaire bénéficie d’un poste "plus de maîtres que de classes". Ce dispositif repose sur l’affectation dans une école d’un maître supplémentaire afin de favoriser le travail collectif des enseignants et l’identification des besoins des élèves.

Dans les écoles qui disposent de locaux suffisamment grands, les classes de CP seront dédoublées. Dans les écoles qui ne comptent pas suffisamment de salles de classe, deux enseignants interviendront dans la même salle, les élèves étant répartis en deux groupes.

Le ministre souhaite en outre que les enseignants soient formés pour qu’ils développent des actions pédagogiques efficaces et adaptées pour l’enseignement de la lecture notamment.

L’adaptation des rythmes scolaires

Un décret publié le 28 juin 2017 autorise des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire mise en place à partir de 2013. La réforme des rythmes scolaires en 2013 a fixé la durée d’une semaine scolaire à 24 heures maximum réparties sur neuf demi-journées, la journée scolaire ne devant pas dépasser cinq heures trente et la demi-journée trois heures trente, avec une pause méridienne d’au moins une heure trente.

L’adaptation autorisée par le décret peut consister en la mise en place de la semaine de quatre jours. Toutefois, le retour à la semaine de quatre jours doit s’opérer en respectant la durée d’enseignement hebdomadaire de 24 heures et sans que la journée scolaire n’excède six heures d’enseignement. L’adaptation ne peut pas conduire à réduire ou à augmenter le nombre d’heures de l’année scolaire. Pour cela, un aménagement du calendrier scolaire est possible.

Pour la rentrée 2017, 36,8% des communes ayant au moins une école publique ont choisi de revenir à une semaine scolaire de quatre jours, ce qui correspond à un peu plus d’un quart des élèves de l’école primaire (28,7%). Le MinistèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Éducation nationale précise que ce sont majoritairement des communes rurales qui ont décidé d’adopter la semaine de quatre jours. Néanmoins, des grandes villes comme Nice, Toulon, Versailles ou Calais ont également fait ce choix.

La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) a manifesté son opposition à un retour à la semaine de quatre jours, jugée inadaptée au rythme de l’enfant, et craint, avec une liberté de choix accordée aux communes, une territorialisation de l’éducation.

Pour le ministre, cette possibilité d’adaptation des rythmes scolaires vise une meilleure prise en compte des situations locales. Et s’agissant du rythme de l’enfant, il considère que les vacances scolaires sont un sujet plus important que le rythme hebdomadaire.

L’aménagement de la réforme du collège

La réforme du collège est entrée en vigueur à la rentrée 2016. Elle consiste en l’organisation d’enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et des enseignements d’accompagnement personnalisé, l’introduction de la deuxième langue vivante en classe de 5e, la possibilité d’étudier une deuxième langue en 6e autre que l’anglais réservée aux élèves qui ont bénéficié de son enseignement à l’école élémentaire. De plus, une dotation horaire est mise à la disposition des établissements afin de favoriser le travail en groupes à effectifs réduits et les interventions conjointes de plusieurs enseignants. L’emploi de cette dotation est réparti en fonction du projet d’établissement.

Qu’est-ce qu’un EPI ?

S’appuyant sur une démarche de projet qui peut être individuel ou collectif, un enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) consiste à mêler au moins deux disciplines dans le but d’approfondir la connaissance théorique par une réalisation concrète. La réforme du collège prévoyait que deux EPI devaient être proposés aux élèves chaque année. Les EPI devaient porter, en outre, sur des thématiques définies : Corps, santé, bien-être et sécurité, Culture et création artistique, Transition écologique et développement durableDéveloppement durableDéveloppement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs., Information, communication, citoyennetéCitoyennetéLien social établi entre une personne et l’État qui la rend apte à exercer l’ensemble des droits politiques attachés à cette qualité sous réserve qu’elle ne se trouve pas privée de tout ou partie de cet exercice par une condamnation pénale (privation de droits civiques). Juridiquement, un citoyen français jouit de droits civils et politiques et s’acquitte d’obligations envers la société., Langues et cultures de l’Antiquité, Langues et cultures étrangères ou régionales, Monde économique et professionnel, Sciences, technologie et société.

Dès la rentrée 2017, les collèges qui le souhaitent peuvent organiser autrement leurs enseignements. Les horaires d’enseignement obligatoires ne sont pas modifiés, en revanche, les établissements peuvent décider d’enseignements facultatifs. Ils peuvent proposer des cours de langues et cultures de l’Antiquité (latin et/ou grec ancien) à partir de la classe de 5e. . Ils peuvent aussi ouvrir des classes bilangues dès la classe de 6e sans qu’il y ait besoin d’une continuité avec l’enseignement des langues suivies en école primaire. Dans la limite de deux heures hebdomadaires, un enseignement de langues et cultures européennes ou de langues et cultures régionales peut également être proposé à partir de la classe de 6e.

Les EPI sont maintenus mais les collèges pourront les adapter à leur projet d’établissement. Chaque établissement décidera du nombre d’EPI et de leur thématique (suppression des thèmes imposés). Les collèges qui le souhaitent pourront aussi continuer à respecter les thématiques définies dans le cadre de la réforme du collège.

Le programme "Devoirs faits"

Le programme vise à proposer des études dirigées aux élèves volontaires après la classe. La mesure entre en vigueur après les vacances de la Toussaint et uniquement dans les collèges pour la première année. L’extension du dispositif aux écoles primaires sera progressif sur les années 2018-2020.

Chaque collège fixe les modalités de mise en œuvre du programme : taille des groupes, tâches à accomplir, horaires, etc. Dans ce temps supplémentaire, l’élève doit pouvoir travailler individuellement, au calme, pour faire ses exercices ou réviser ses leçons avec la possibilité d’être aidé s’il en a besoin. Ces études dirigées sont organisées dans l’établissement et sont gratuites.

Pendant ces études, les élèves pourront être encadrés par des professeurs, des conseillers principaux d’éducation (CPE), des assistants d’éducation, des associations agrées ou des volontaires du service civique. Le ministre a déclaré qu’il comptait sur "l’implication des professeurs en heures supplémentaires, la transformation du métier d’assistant d’éducation, la mobilisation de 10.000 jeunes en service civique et le soutien des associations. Nous voulons que les devoirs ne soient plus une source d’inégalité entre élèves mais une chance pour tous".

Dans un communiqué du 5 juillet 2017, le Sgen-CFDT met en garde sur les écueils à éviter pour la création de ce dispositif : reporter sur ces heures toute l’aide au travail et l’accompagnement des élèves, concurrencer les dispositifs existants (notamment les projets éducatifs territoriaux ou les temps d’activités périscolaires), financer le nouveau dispositif au détriment des dispositifs existants.

Mots clés :

Rechercher