Quelles sont les autres actions de l’Union européenne en matière de coopération avec les pays tiers et d’aide humanitaire ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

Quelles sont les autres actions de l’Union européenne en matière de coopération avec les pays tiers et d’aide humanitaire ?

le 24 02 2014

Quelles sont les grandes politiques communautaires ?

Depuis le Conseil européen de Lisbonne (juin 1992) et la déclaration de Barcelone (novembre 1995), l’UE a développé un partenariat euroEuroMonnaie unique de plusieurs Etats membres de l’Union européenne qui forment la zone euro.-méditerranéen dans les domaines politique, économique, culturel et de la sécurité. Dans sa déclaration sur « Le processus de Barcelone : une union pour la Méditerranée », publiée le 14 mars 2008 en annexe des conclusions de la présidence concernant le sommet des 13 et 14 mars 2008, le Conseil européen a approuvé l’initiative franco-allemande d’une Union pour la Méditerranée englobant les États membres de l’UE et les États riverains de la Méditerranée qui ne sont pas membres de l’UE.

La Commission européenne a géré les quelque 3 milliards d’euros de fonds européens qui ont été alloués entre 2007 et 2010 aux 10 États du sud de la Méditerranée.

Centrée sur des projets concrets comme la dépollution de la Méditerranée, la construction des autoroutes maritimes et terrestres, le développement de l’énergie solaire, la mise en place d’une université euro-méditerranéenne en Slovénie en 2008 ou encore la coopération face aux catastrophes naturelles, cette Union avait pour but de resserrer les liens entre les deux rives de la Méditerranée, de favoriser le développement des pays du Sud et leur progrès vers la démocratie.

Après quatre ans, le bilan de ce projet est mitigé dans la mesure où il semble s’enliser et où, à l’instar du processus de Barcelone créé en 1995, il souffre de certains blocages, liés en partie au conflit israélo-palestinien, mais aussi à l’absence de véritable vision commune au sein de l’UE. Ainsi, cette dernière ne fait pas preuve d’un grand volontarisme pour tenter de résoudre les tensions sur la rive sud de la Méditerranée (question palestinienne bien sûr, mais aussi conflit au Sahara occidental ou question chypriote) et ne s’est guère montrée présente au moment des « printemps arabes » qui auraient pu être l’occasion d’une stratégie d’enracinement de la démocratie dans ces pays. En outre, l’UE s’est divisée sur la question d’une intervention en Libye et demeure aujourd’hui inefficace face à la violence du gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. syrien. Enfin, en novembre 2012, les pays de l’UE n’ont pas adopté la même position sur la reconnaissance de la Palestine comme État observateur à l’ONU, la France ou l’Espagne votant pour, l’Allemagne ou le Royaume-Uni s’abstenant.

Les autres actions de l’Europe en faveur du développement sont nombreuses : appui aux processus d’intégration régionale, programme d’aide alimentaire et humanitaire d’urgence, mesures pour les pays les moins avancés (PMA). Un nouvel article dans le traité de Lisbonne (art. 214 TFUE) s’inscrit dans la logique de l’inscription de l’action humanitaire dans les compétences partagées entre l’UE et les États membres (art. 4 § 4 TFUE). Il reprend les principes du droit international humanitaire et crée un Corps volontaire européen d’aide humanitaire. L’Union européenne est le principal fournisseur d’aide humanitaire dans le monde.

Sur la toile publique

  • Le site de l’Union européenne

    Site portail de l’Union européenne (UE) présentant tant l’actualité de l’UE, que des informations de base sur son fonctionnement et sur l’intégration européenne. On y trouve l’ensemble des textes législatifs, des politiques menées par l’Union, et les sites web de chaque institution.

Rechercher