Le débat sur l’avenir de la filière nucléaire française| vie-publique.fr | Ressources

[ Publicité ]
Imprimer

Le débat sur l’avenir de la filière nucléaire française

le 10 03 2016 Archives.

La demande de l’Allemagne faite à la France de fermer la doyenne des centrales nucléaires à Fessenheim (Haut-Rhin) et le dépôt par le canton de Genève d’une plainte contre X “pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et pollution des eaux” concernant la centrale du Bugey (Ain) le 7 mars, relancent le débat sur l’état des centrales nucléaires en France.

La ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, a annoncé le 28 février qu’elle était “prête” à prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales nucléaires, qui passerait ainsi de quarante à cinquante ans, sous réserve de l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Selon la ministre, cette décision s’inscrirait cependant “dans le contexte de la baisse de la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité pour monter en puissance sur le renouvelable”, ainsi que le prévoit la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Conformément aux engagements de François Hollande lors de sa campagne en 2012, la loi prévoit de réduire à 50% la part de l’atome dans la production électrique de la France d’ici à 2025 et plafonne à son niveau actuel de 63,2 gigawatts la production nucléaire du pays. Par ailleurs, le président de la République a lié la fermeture de la centrale de Fessenheim à la mise en service de l’EPR (European Pressurized Reactor de Flamanville (Manche).

Vie-publique.fr vous propose une sélection de prises de position à propos des débats sur l’avenir de la filière nucléaire depuis 2004.

Rechercher