Droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) : discours depuis 1974| vie-publique.fr | Ressources

Imprimer

Droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) : discours depuis 1974

le 23 01 2014 Archives.

© Fotolia.com

Le 21 janvier 2014, l’Assemblée nationale a voté un amendement au projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. sur l’égalité femmes – hommes qui supprime la notion de détresse pour une femme voulant demander une interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle a par ailleurs rejeté un amendement déposée par une vingtaine de députés UMP visant à supprimer le remboursement de l’avortement.

Ainsi bientôt quarante ans après le vote de la loi reconnaissant le droit à l’avortement, celui-ci ne semble toujours pas définitivement acquis. Les femmes rencontrent des difficultés pour faire valoir leur droit à l’avortement pendant le délai légal, de moins en moins de médecins pratiquant les IVG. En septembre 2013, les ministères de la Santé et des Droits de la femme ont lancé un site d’information sur l’IVG pour "garantir le libre choix des femmes, veiller au respect de leur droit essentiel à disposer de leur corps et au droit à l’interruption volontaire de grossesse" et contrer les sites hostiles à l’IVG.

La loi Veil du 17 janvier 1975 reconnaît le droit à l’avortement. D’autres textes sont venus la compléter : la loi Roudy du 31 décembre 1982 accorde un remboursement partiel de l’interruption volontaire de grossesse par la sécurité sociale, la loi Aubry du 4 juillet 2001 porte de 10 à 12 semaines le délai légal de recours à l’IVG et supprime l’autorisation parentale pour les mineures. Depuis le 31 mars 2013, l’IVG est prise en charge à 100 % par l’assurance maladie (loi de financement de la sécurité sociale pour 2013).

Vie publique vous propose de relire :

Rechercher