France – Algérie : des relations souvent difficiles| vie-publique.fr | Ressources

Imprimer

France – Algérie : des relations souvent difficiles

le 20 12 2012 Archives.

Le président de la République, François Hollande effectue une visite en Algérie les 19 et 20 décembre 2012.
Depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962, les relations entre les deux pays ont souvent été tendues : les séquelles de la colonisation et de la guerre d’Algérie s’invitent de façon régulière dans le débat. Dans les années 2000, les questions mémorielles ont pris une place particulière. Ainsi, un article d’une loi de 2005 vantant "le rôle positif de la présence française en outre-mer, notamment en Afrique du Nord" a contribué à un regain de tension entre les deux pays. L’article de la loi a finalement été abrogé en 2006. En 2010, une proposition de loiProposition de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative d’un ou plusieurs parlementaires. visant à criminaliser le colonialisme français a été déposée au ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. algérien et provoqué une nouvelle levée de boucliers entre les deux pays. Alors candidat à la Présidence de la République, François Hollande, le 17 octobre 2011, a rendu hommage aux victimes Algériens de la répression, lors de la manifestation du 17 octobre 1961. Devenu président de la République, il s’est à nouveau exprimé sur cet évènement dans un communiqué publié le 17 octobre 2012 : "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits". Cette déclaration a été saluée outre Méditerranée.

Si le voyage du président Hollande en Algérie est placé sous le signe de l’économie, avec la signature attendue d’un certain nombre d’accords commerciaux, d’autres sujets plus politiques doivent être abordés, en particulier la situation au nord du Mali. En effet, alors qu’une intervention militaire au Mali, soutenue par la France, est envisagée, l’Algérie ne s’y montre guère favorable. Les interrogations sur les circonstances exactes de l’assassinat des moines de Tibhirine en 1996 pèsent encore sur les relations entre les deux pays. Enfin, la circulation des personnes entre les deux pays et la question des visas sont aussi récurrentes.

Vie publique vous propose la relecture de discours sur les relations entre les deux pays depuis le début des années 2000.

Rechercher