Gens du voyage, Roms et Tziganes| vie-publique.fr | Ressources

Imprimer

Gens du voyage, Roms et Tziganes

le 6 08 2010 Archives.

Carte de FranceCarte de France

Les débordements commis par des membres de la communauté des gens du voyage mi-juillet 2010 à Saint-Aignan (Loir-et-Cher) à la suite de la mort de l’un des leurs ont entraîné des mesures gouvernementales sécuritaires très ciblées. Le Président de la République a en effet réuni le Premier ministre et les ministres concernés, le 28 juillet, sur la situation des "gens du voyage et des Roms" en France.

En janvier 1995, lors d’une réunion de la Commission nationale consultative des gens de voyage (créée en 1992), Simone Veil, alors ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, réclamait pour eux une meilleure intégration. Quatre ans plus tard, un projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. relatif à l’accueil des gens du voyage était déposé, définissant un nouvel équilibre entre l’aspiration des gens du voyage à pouvoir stationner dans des conditions décentes et le souci des élus locaux d’éviter des stationnements illicites.

Quelque peu modifiée par des lois ultérieures, la loi du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage, dite loi Besson 2, fournit le cadre général des règles de droit concernant les gens du voyage en reprenant de façon plus contraignante des mesures déjà existantes. Elle oblige toutes les communes de plus de 5 000 habitants à participer au "schéma départemental d’accueil" et dispose aussi que les gens du voyage ont droit à la libre circulation sur le territoire. Les Roms, qui sont des Tziganes originaires d’Europe centrale, forment une minorité.

Vie publique vous permet de revenir sur une sélection des déclarations sur ce sujet.

Rechercher