Pollution par les particules fines et circulation alternée| vie-publique.fr | Ressources

[ Publicité ]
Imprimer

Pollution par les particules fines et circulation alternée

le 19 03 2014 Archives.

© Union européenne 2006

Après avoir annoncé la gratuité des transports en commun pendant trois jours en Ile-de-France, le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. a décidé de mettre en œuvre, le 17 mars 2014, la circulation alternée dans Paris et sa proche banlieueBanlieueTerritoire autour d’une ville (à l’origine situé à une lieue autour de la ville).. La mesure a été prise en raison d’un épisode de pollution exceptionnel du à des particules inférieures à 10 micromètres (appelées aussi PM10) provenant de compositions diverses (chauffage au bois et au fioul, industrie, moteurs surtout diesel en ville), avant d’être levée le lendemain.

Selon les agences régionales de surveillance de la qualité de l’air, le niveau d’alerte à la pollution aux particules de 80 microgrammes par mètre cube a été dépassé dans une grande partie nord du pays, l’Ile-de-France, des départements de l’ouest, quasiment toute la région Centre et Rhône-Alpes.

En termes d’impact sanitaire, un rapport du programme Air pur pour l’Europe, mené par la Commission européenne et publié en 2005, estime que les particules fines seraient responsables de 42 000 morts “prématurées” chaque année en France.

Prévue par le loi du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie, la circulation alternée a été expérimentée une seule fois en France, le 1er octobre 1997.

Vie-publique.fr vous propose une sélection de prises de position depuis 1997 concernant les émissions de particules fines dans l’atmosphère et les moyens mis en œuvre pour lutter contre cette pollution dans les grandes métropoles.

Rechercher