Le retour de la France dans l’OTAN| vie-publique.fr | Ressources

Imprimer

Le retour de la France dans l’OTAN

le 18 03 2009 Archives.

En 1966, c’est par une lettre adressée au président américain Lyndon Johnson que le général de Gaulle avait signifié le retrait de la France de la structure militaire intégrée de l’Alliance atlantique, dont elle était membre fondateur. Par ce retrait, le général de Gaulle souhaitait exprimer l’autonomie de la France en pleine guerre froide mais cette position lui était également dictée par l’acquisition de l’arme nucléaire. Aujourd’hui, la France réintègre complètement l’Otan, après avoir effectué un retour partiel en 1995 - 1996 sous la présidence de Jacques Chirac, qui avait autorisé l’envoi de représentants français aux réunions du comité militaire.

Annoncé à l’été 2008 par le chef de l’État, le retour de la France dans les structures militaires de l’OTAN a été évoqué plusieurs fois depuis sa prise de fonction ; ce retour a été confirmé le 11 mars lors de la clôture d’un colloque sur “La France, la défense européenne et l’OTAN au XXIe siècle”. Inspiré en partie des conclusions du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale paru en 2008, le retour sera effectif lors du 60ème sommet de l’OTAN qui se tient à Strasbourg et Kehl du 3 au 5 avril 2009.

Les nombreuses controverses suscitées par cette décision ont notamment pointé les risques que cette réintégration ferait peser sur la construction d’une véritable défense européenne. D’anciens premiers ministres ont par ailleurs mis en évidence la rupture que cette décision symbolisait par rapport à la position traditionnelle de la France et se sont interrogés sur “l’utilité” de cette initiative, dénonçant “la liquidation de l’héritage gaulliste”, “l’abandon de souveraineté” et la “dérive atlantiste”. Le Premier ministre a donc souhaité que ce débat soit porté devant l’Assemblée nationale, en engageant la responsabilité de son gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale., non pas sur la réintégration par la France du commandement intégré de l’Otan, mais sur une déclaration générale de politique étrangère. Cette déclaration a été adoptée le 17 mars par 330 voix contre 238.

Retrouvez une sélection de déclarations politiques sur cette question.

Rechercher