Un an après Fukushima, quelle place pour le nucléaire ?| vie-publique.fr | A la Une

[ Publicité ]
Imprimer

Un an après Fukushima, quelle place pour le nucléaire ?

le 9 03 2012 Archives.

Centrale nucléaire EDF

Centrale nucléaire EDF © La Documentation française, Photo : Anne-Claude Barbier

Il y a un an, le 11 mars 2011, survenait la catastrophe nucléaire de Fukushima.

A la suite du séisme et du tsunami qui ont touché le Japon ce 11 mars, les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire exploitée par Tepco ont cessé de fonctionner, provoquant un accident nucléaire classé au niveau le plus élevé de l’échelle internationale des accidents nucléaires (niveau 7 de l’échelle INES).

Cette catastrophe a donné lieu à de nombreux débats sur la place du nucléaire. L’Allemagne et la Belgique ont, par exemple, annoncé leur sortie du nucléaire. En France, où 78% de l’électricité est d’origine nucléaire, le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. a confirmé le choix du nucléaire. Pour répondre aux inquiétudes suscitées par Fukushima, le gouvernement a cependant commandé un audit des 58 réacteurs français à l’Autorité de sûreté nucléaire. L’ASN a conclu que des investissements très importants étaient nécessaires pour permettre à ces réacteurs de continuer à fonctionner dans des conditions correctes de sécurité. Parallèlement, la Cour des comptes a évalué les coûts de la filière électronucléaire et la Commission Energies 2050 s’est prononcée pour la prolongation de la durée de vie des centrales.

Le débat reste donc vif et n’est pas tranché entre les partisans d’une sortie du nucléaire et ceux qui militent pour le maintien du nucléaire voire son développement avec les réacteurs EPR.

Mots clés :

Rechercher