Nucléaire : vers un report des objectifs de la transition énergétique| vie-publique.fr | A la Une

Imprimer

Nucléaire : vers un report des objectifs de la transition énergétique

le 10 11 2017

Centrale Fessenheim © fotolia.com

Centrale Fessenheim © fotolia.com

Réseau de Transport d’Electricité (RTE) a produit cinq scénarios possibles d’évolution du mix énergétique pour la production d’électricité de 2018 à 2035.

La loi du 7 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a fixé comme objectifs la réduction de la consommation d’énergie, la "décarbonation" de la production d’énergie et une diversification du mix électrique. Alors que le nucléaire a fourni 73% de l’électricité produite en France en 2016, la loi fixe à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en 2025.

Selon RTE, la consommation électrique semble se stabiliser mais le développement de certains secteurs (véhicules électriques par exemple) pourrait entraîner une hausse de la consommation.

A l’horizon 2025, RTE considère que la réduction forte du nucléaire aurait des conséquences négatives sur le respect des engagements de la France en matière climatique. L’arrêt de centrales nucléaires devrait être compensé par des centrales à gaz pour garantir la sécurité des approvisionnements. Pour RTE, il n’est pas possible, en outre, de fermer en même temps quatre réacteurs nucléaires et les centrales à charbon.

S’appuyant sur le bilan prévisionnel de RTE, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, a présenté une communication sur la trajectoire d’évolution de l’énergie électrique lors du Conseil des ministresConseil des ministresFormation collégiale réunissant l’ensemble des ministres. du 7 novembre 2017. Le ministre a confirmé l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim lors de la mise en service de l’EPR de Flamanville. Néanmoins, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui doit être révisée en 2018 fixera de nouveaux objectifs pour la réduction du parc nucléaire. L’objectif de 50% d’électricité nucléaire est jugé irréaliste si la France veut respecter ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Mots clés :

Rechercher