Transition énergétique : cinq objectifs majeurs| vie-publique.fr | A la Une

[ Publicité ]
Imprimer

Transition énergétique : cinq objectifs majeurs

le 20 06 2014 Archives.

© Franz Metelec - Fotolia.com

Un projet de loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français est en cours de finalisation. La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a présenté les grandes lignes du projet de loi lors du Conseil des ministres du 18 juin 2014. Le texte à venir doit définir ce que devra être la politique énergétique dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique.

La politique énergétique devra répondre à cinq grands objectifs, les quatre premiers à l’horizon 2025-2030, le dernier à l’horizon 2050 :

  • réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre
  • diminution de 30% de la consommation d’énergies fossiles
  • part du nucléaire ramenée à 50% de la production d’électricité
  • part des énergies renouvelables portée à 32% de la consommation énergétique finale
  • division par deux de la consommation finale d’énergie.

Pour atteindre ces objectifs, le projet de texte liste un certain nombre d’actions :

  • accélérer la rénovation énergétique des logements (allègement fiscal, prêt à taux zéro, chèque énergie, etc.) et construire des bâtiments à énergie positive
  • développer les transports propres (bonus pour l’achat d’un véhicule électrique, objectif de 7 millions de points de recharge pour les voitures électriques, prêts transition énergétique et croissance verte de la Caisse des dépôts, etc.)
  • développer les énergies renouvelables (doublement du fonds chaleur, plan national méthanisation, filière d’excellence des énergies renouvelables marines, etc.)
  • lutter contre les gaspillages et développement de l’économie circulaire (diminution des déchets produits, objectif de 70% des déchets du bâtiment et travaux publics (BTP) recyclés en 2020, etc.)
  • simplifier les procédures (limitation des délais de recours, modération des tarifs de l’électricité, etc.)
  • renforcer la sûreté nucléaire et l’information des citoyens sur le nucléaire (pouvoirs supplémentaires pour l’Autorité de sûreté nucléaire, capacité nucléaire plafonnée à la capacité actuelle - 63,2 Gigawatts, etc.)
  • mettre en place de nouveaux outils de pilotage de la politique énergétique (budgets carbone, stratégie bas carbone, programmation pluriannuelle de l’énergie)
  • développer la citoyenneté énergétique (accès aux données économiques de l’énergie, implication des citoyens dans la production locale d’énergie, chèque énergie pour les ménages les plus modestes).

Mots clés :

Rechercher