L’enseignement professionnel : la filière scolaire| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

L’enseignement professionnel : la filière scolaire

Archives.

Dossier mis à jour le 23.10.2004

Article mis à jour le 17.03.2005

La filière scolaire de l’enseignement professionnel permet de préparer des diplômes professionnels en restant dans le cadre de l’Education nationale. Les études se déroulent principalement dans des lycées professionnels. Ces établissements permettent de préparer, après la 3e, soit un certificat d’aptitude professionnelle (CAP), soit un brevet d’études professionnelles (BEP), puis un Baccalauréat professionnel ou technologique, ou encore une mention complémentaire...

L’enseignement dans ces établissements est dispensé au travers de cours théoriques et de travaux effectués dans des ateliers implantés à l’intérieur même du lycée. Des périodes en entreprises sont prévues à raison de quelques semaines par an (12 à 16 semaines en 2 ans pour les CAP, selon la spécialité, depuis la réforme de ce diplôme)

Les grands principes d’une rénovation progressive de la filière ont été largement explicités. Il s’agit notamment de :
- valoriser la voie professionnelle pour permettre une orientation choisie
- promouvoir un lycée professionnel, construit sur un partenariat fort avec les professions et permettant une véritable continuité pédagogique entre le lycée et l’entreprise, perspective illustrée par la promotion du "lycée des métiers"
- mettre en place de nouvelles pratiques pédagogiques permettant notamment d’articuler étroitement la formation générale et la formation professionnelle.
- veiller à ce que les diplômes professionnels (CAP, BEP, bac pro,...) soient en permanence construits, rénovés, modernisés avec les représentants des branches professionnelles pour qu’ils apportent une qualification reconnue sur le marché du travail.

Lien vers le haut de page

La valorisation de la filière

Valoriser la filière : de nouvelles procédures d’orientation

La volonté affichée par les pouvoirs publics de valoriser la voie professionnelle implique que des procédures conduisant à choisir cette voie de façon positive soient systématisées et qu’une meilleure articulation entre enseignement général et enseignement professionnel soit trouvée.

Dans cette optique, les pouvoirs publics cherchent à mettre en place une meilleure information des élèves, des enseignants et des parents sur les métiers préparés dans l’enseignement professionnel, en généralisant, par exemple, les rapprochements entre collèges et lycées professionnels.

Des dispositifs en alternance, permettant de combiner enseignements généraux, enseignements professionnels et découverte des métiers en entreprise, sont envisagés dès le collège. Un arrêté du 2 juillet 2004 sur la réforme de la classe de 3ème prévoit pour la rentrée 2005 une option "découverte professionnelle" de 3 heures hebdomadaires proposée à tous les élèves. Une "option lourde" de 6 heures par semaine, excluant l’apprentissage d’une seconde langue, pourrait même être proposée à des élèves en grande difficulté. En empêchant la poursuite d’études générales, cette option constitue une sorte d’orientation précoce.

Pour limiter les abandons d’études sans diplôme, une meilleure prise en compte des voeux des élèves pour décider de leur affectation dans les différentes spécialités est encouragée.

Des dispositifs permettant de rejoindre encore l’enseignement professionnel à la fin d’une seconde générale sont également aménagés.

Lien vers le haut de page

De nouvelles orientations pédagogiques

De nouvelles orientations pédagogiques

La volonté de moderniser l’enseignement professionnel se traduit, entre autres, par la volonté de faire appel à des techniques pédagogiques innovantes adaptées au milieu fréquentant les établissements professionnels.

Les principales de ces innovations sont :
- la mise en place depuis la rentrée 2000 des PPCP (projets pluridisciplinaires à caractère professionnel.
- l’introduction de l’ECJS (Education civique, juridique et sociale) dans toutes les sections des lycées professionnels.
- L’instauration systématique des stages et périodes de formation en entreprise.

Le PPCP est une modalité pédagogique qui consiste à faire acquérir savoirs et savoir-faire à partir d’une réalisation concrète liée à des situations professionnelles. Cette pratique pédagogique nouvelle est introduite dans toutes les formations conduisant aux CAP, aux BEP et aux Bacs professionnels.

L’éducation civique, juridique et sociale vise à élargir, dans un cadre pluridisciplinaire, l’horizon des élèves aux questions liées à la citoyennetéCitoyennetéLien social établi entre une personne et l’État qui la rend apte à exercer l’ensemble des droits politiques attachés à cette qualité sous réserve qu’elle ne se trouve pas privée de tout ou partie de cet exercice par une condamnation pénale (privation de droits civiques). Juridiquement, un citoyen français jouit de droits civils et politiques et s’acquitte d’obligations envers la société., à leur insertion dans la cité et dans le monde du travail.

Tous les enseignements professionnels comportent désormais des périodes en entreprise, dont la durée varie en fonction du diplôme préparé. Elles sont le complément obligatoire à la formation dispensée au lycée. Elles sont évaluées pour l’obtention du CAP, du BEP et du Bac professionnel.

Lien vers le haut de page

La promotion du lycée des métiers

Le lycée des métiers

Le lycée des métiers est un établissement dont l’identité est construite autour d’un ensemble cohérent de métiers d’un même secteur professionnel (métiers de la vente, de l’hôtellerie, de l’automobile...), de métiers connexes (habillement, industrie textile, art textile et mode ...) ou complémentaires (métiers de la mer).

Le concept est mis en avant à partir de 2001 pour répondre à l’objectif de professionnalisation des formations, objectif qui doit concerner tous les niveaux, du CAP jusquà la licence professionnelle. L’impulsion décisive est donnée par Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l’enseignement professionnel, qui, en novembre 2001, en donne la description suivante : "Ce sera un lycée des métiers dans une famille de métiers. On trouvera dedans la voie technologique, qui, aujourd’hui est enseignée seulement dans les lycées techniques, la voie professionnelle, qui mène jusqu’au bac professionnel ; on trouvera le centre des apprentis public, le centre de formation continue et le centre de validation des acquis de l’expérience, et, au bout de tout cela, on aura en plus le BTS et la licence professionnelle. Donc, chacun pourra clairement voir où il peut aller quand il a la vocation pour un métier et quand il se trouvera dans l’établissement, il pourra soit changer de parcours en cours de route, soit savoir qu’il peut aller le plus loin possible."

Les gouvernements suivants ont repris à leur compte le concept de lycée des métiers tout en précisant certains aspects. Une circulaire de Luc Ferry, ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, datée du 27 février 2003, souligne "le rôle déterminant du lycée des métiers dans le développement du service publicService publicActivité d’intérêt général prise en charge par une personne publique ou par une personne privée mais sous le contrôle d’une personne publique. On distingue les services publics d’ordre et de régulation (défense, justice...), ceux ayant pour but la protection sociale et sanitaire, ceux à vocation éducative et culturelle et ceux à caractère économique. Le régime juridique du service public est défini autour de trois principes : continuité du service public, égalité devant le service public et mutabilité (adaptabilité). de formation et de certification professionnelles et technologiques"

Lien vers le haut de page

Rechercher