[ Publicité ]

La France dans le contexte européen de la crise de la dette souveraine| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

La France dans le contexte européen de la crise de la dette souveraine

Dossier mis à jour le 21.02.2011

Article mis à jour le 21.02.2011

GIF - 18.5 ko
Zone euro et crise de la dette
© Communauté européenne, 2006

Le poids de la dette publique représente 63,7 % du PIB en 2006. A la fin du troisième trimestre 2010, selon l’INSEE, la dette publique de la France (État, Sécurité sociale et collectivités locales) a légèrement reflué à 1 574,6 milliards d’euros, soit "approximativement" 81,5% du produit intérieur brut (PIB) en raison d’un désendettement des administrations centrales. Le gouvernement prévoit une poursuite de l’augmentation de la dette en 2010 (82,9%), 2011 (86,2%) et en 2012 (87,4%) avant un reflux en 2013 (86,8%) et 2014 (85,3%).

  Les débats autour de la dette publique se focalisent traditionnellement sur l’ampleur des ajustements à réaliser pour atteindre les objectifs fixés. En 2010, la crise européenne de la dette souveraine (dette émise ou garantie par un émetteur souverain – État, banque centrale) et le rôle joué par les marchés financiers et les agences de notation donnent la mesure des limites – européennes notamment - auxquelles sont confrontés les pays qui laissent filer leur dette. Plus un État est en difficulté, plus la charge de la dette lui coûte cher. Les mécanismes macroéconomiques et disciplines budgétaires de la zone monétaire de l’euro instaurent des solidarités conditionnelles entre les États membres qui les contraignent à des comportements vertueux.

  Pour atteindre ses objectifs à court et long terme, l’État dispose d’instruments sophistiqués de suivi et d’évaluation de la situation de la dette. Les stratégies d’endettement sont désormais déclinées dans les « engagements financiers de l’État » de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF). Ces engagements visent à asseoir la crédibilité de sa structure d’émission auprès des marchés financiers. Les instruments de la politique d’émission et de la gestion de la dette négociable (échangeable sur les marchés financiers) permettent de déterminer les conditions optimales de refinancement de la dette. Toutefois, la consolidation budgétaire graduelle et généralisée de la zone euro en 2010, avec la mise en place du fonds européen de stabilité et la réforme du pacte de stabilité, conduit à envisager à terme la création d’un instrument commun de gestion de la dette.

Le précédent dossier consacré à la gestion de la dette entre 1985 et 2007 comporte une liste de sites de référence qui reste toujours pertinente.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher