| vie-publique.fr |

[ Publicité ]
Imprimer

Plan cancer : un levier pertinent de l’action publique ?

le 19 03 2009 Archives.

Organisme notamment chargé de l’évaluation des plans de santé publique, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a analysé le « plan de mobilisation nationale » contre le cancer (2003-2007). Cette étude a constitué, pour le HCSP, la première évaluation finale d’un plan stratégique. Prévu par la loi de santé publique de 2004, ce plan avait pour spécificité de définir une stratégie globale de lutte contre le cancer, intégrant les différents domaines d’intervention (observation, prévention, dépistage, organisation des soins, accompagnement social et recherche).

Le HCSP considère que le plan cancer, en tant qu’outil de mobilisation autour d’une pathologie majeure, ne doit pas être remis en cause : son contenu était pertinent (correspondait aux besoins) et ses objectifs s’articulaient relativement bien avec les autres politiques de santé publique aux thématiques proches (Programme National Nutrition Santé, Plan National Santé-Environnement, etc.), même si l’évaluation peine à imputer clairement les résultats obtenus à l’un ou l’autre dispositif. Le HCSP souligne cependant que l’approche par maladie n’est pas dénuée de limites, s’agissant en particulier des facteurs de risque, pour la plupart non spécifiques du cancer. Dans ces domaines, le plan a surtout permis de surmonter les résistances à la mise en oeuvre de mesures de santé publique à caractère plus général, comme l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

Cette évaluation complète celle menée par la Cour des Comptes (juillet 2008) sur la mise en œuvre du plan. Celle-ci indiquait que plus d’un tiers des 70 mesures du plan avait été intégralement ou largement réalisées, avec des progrès accomplis dans la prévention du tabagisme et du cancer du sein, mais des carences en ce qui concerne notamment la prévention des cancers professionnels ou liés à l’alcool.

Mots clés :

Rechercher