| vie-publique.fr |

[ Publicité ]
Imprimer

Villes : vers un second programme de rénovation urbaine ?

le 29 09 2011 Archives.

Le Comité d’évaluation et de suivi de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), dans son rapport annuel récemment publié, présente l’état d’avancement du programme national de rénovation urbaine (PNRU) et se prononce en faveur de la reconduction de ce dispositif sur la période (2013-2018).

A la date du 31 décembre 2010, le PNRU, institué par la loi du 1er août 2003, s’est traduit par la mise en oeuvre de 393 projets de rénovation urbaine concernant près de 4 millions d’habitants et 564 zones urbaines sensiblesZone urbaine sensible / Zones urbaines sensiblesZUS (ZUS). Selon le Comité, le PNRU connaît des "réussites incontestables", notamment en matière de transformation du cadre de vie (habitat, équipement, voirie) et de requalification patrimoniale du parc des logements sociaux. Toutefois, "plusieurs limites importantes" existent, au premier rang desquelles l’insuffisante amélioration des conditions de vie des habitants (emploi, éducation, mobilité, culture) et l’absence de mixité sociale. Autres critiques relevées : les projets de rénovation urbaine ont globalement privilégié l’investissement lourd à la gestion urbaine et sociale, à la fois sans véritable prise en compte du contexte local ni intégration à des stratégies de renouvellement urbain à une échelle plus vaste.

Les actuels projets de rénovation urbaine arrivant à échéance en 2013, le Comité souhaite qu’une deuxième phase du PNRU (PNRU 2) voit le jour d’ici cette date. Ce PNRU 2 devrait permettre de réaliser les opérations liées à l’habitat et à l’aménagement qui restent à mener. Le Comité identifie 200 grands quartiers prioritaires et cite également le cas des copropriétés dégradées. Il devrait également être conçu en vue d’assurer une meilleure articulation de son volet social et de son volet urbain. Le Comité plaide ainsi pour un rééquilibrage des financements et pour une "gestion urbaine de proximité" organisée autour de l’accompagnement social des familles lors des relogements, d’une amélioration de la desserte en transport en commun, ou encore du recours aux entreprises locales. En termes de gouvernance, le Comité propose la fusion de l’ANRU, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) et de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans un avis adopté en septembre 2011, préconise également de remédier aux insuffisances du PNRU 1 en lançant immédiatement un "indispensable" PNRU 2. Il souligne notamment la nécessité "d’assurer dans la durée le financement du PNRU 1 en revenant au respect par l’État de ses engagements".

Mots clés :

Rechercher