[ Publicité ]

La politique audiovisuelle extérieure en 2004| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

La politique audiovisuelle extérieure en 2004

Archives.

Dossier mis à jour le 7.07.2010

Article mis à jour le 22.07.2004

La politique audiovisuelle extérieure relève en principe de la compétence du ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. des Affaires étrangères mais son caractère interministériel de renforce depuis le milieu des années 1990.

Le pôle radiophonique extérieur est constitué autour de Radio France Internationale (RFI). Troisième radiodiffuseur international, après la BBC et Voice of America et à égalité avec la Deutsche Welle, RFI et sa filiale RMC Moyen-Orient comptent 45 millions d’auditeurs réguliers dans le monde. RFI est présente sur 28 satellites de diffusion directe, sur 81 relais FM et bénéficie de 34 reprises sur les réseaux câblés, 170 radios étrangères reprennent ses programmes en direct et 340 ses programmes enregistrés. A la demande du ministère des Affaires Etrangères, une présence plus visible dans le monde arabo-musulman a été adoptée comme objectif prioritaire.

Le pôle télévisuel repose sur deux sociétés : TV5 et Canal France International (CFI). Depuis la réforme des structures gestionnaires de la chaîne de l’été 2001, TV5 Monde a la configuration suivante :
- une structure unique chargée d’éditer une programmation régionalisée en 8 signaux
- un patron unique : le président du conseil d’administration est également son président directeur général
- la France, actionnaire et bailleur de fonds majoritaire, détient la réalité du pouvoir
- une comptabilité et des flux financiers simplifiés avec l’adoption de la règle unique des neuvièmes pour la répartition des charges gouvernementales (soit 6/9ème pour la France, 1/9ème pour chacun des partenaires belge, suisse et québéco-canadien). TV5 Monde est reçue par 160 millions de foyers dans le monde, elle émet huit signaux régionalisés. De son côté, CFI connaît depuis 2002 une importante phase de restructuration. Cette restructuration s’est d’abord matérialisée par l’interruption de la diffusion de CFI-TV (diffusée en clair sur l’Afrique francophone) et par la cession du bouquet satellitaire "Le Sat". Elle s’est ensuite traduite par la rationalisation de l’activité de banque de programmes et par le développement de son rôle de coordinateur dans le domaine de la coopération télévisuelle internationale. La mission première de CFI est de fournir des programmes aux télévisions des pays émergents.

Depuis 2002, l’annonce par le chef de l’Etat de l’ambition de lancer une chaîne télévisée internationale d’information marque les récents développements de la politique audiovisuelle extérieure. Pour répondre à cette ambition, une réflexion sur les modalités de création d’une chaîne française d’information internationale a été lancée et ce sont les propositions de Bernard Brochand qui ont été retenues par le Premier ministre. Dans son rapport de septembre 2003, le député Bernard Brochand propose la création d’une société détenue à parité par TF1 et France Télévisions. Le 9 décembre 2004, Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, a annoncé le lancement de la chaine d’information internationale en 2005 et, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificativeLoi de finances rectificativeLoi qui permet de modifier, en cours d’année, les dispositions de la loi de finances initiale (LFI) concernant notamment le plafonds des dépenses du budget de l’État et les données générales de l’équilibre budgétaire. pour 2004, les députés ont adopté un amendement gouvernemental qui alloue 30 millions d’euros au financement de la chaîne d’information internationale.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher