[ Publicité ]

Le programme nucléaire civil français : de la phase des réalisations à l’ère des doutes| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

Le programme nucléaire civil français : de la phase des réalisations à l’ère des doutes

Dossier mis à jour le 28.03.2013

Article mis à jour le 28.03.2013

Le programme nucléaire français représente un investissement estimé par la Cour des comptes à 188 milliards d’euros (de 2010), dont 121 milliards pour le coût de construction du parc de 1ère génération et des 58 réacteurs existants, 55 milliards pour la recherche appliquée et le développement, enfin 12 milliards pour Superphénix.

Le parc nucléaire occupe une place prépondérante dans la production d’électricité (78%) qui, combiné à l’hydraulique (12%), assure ainsi 90% de production d’électricité sans émission de gaz à effet de serre. La France dispose en 2012 de 58 réacteurs répartis sur 19 sites pour une puissance installée de 62 510 MW, ce qui représente un taux d’indépendance énergétique voisin de 50%.

L’impératif de la sûreté nucléaire conditionne au premier chef la politique du nucléaire civil. Celle-ci concerne la construction, l’exploitation, l’entretien et le démantèlement des centrales nucléaires ainsi que tous les aspects liés au cycle du combustible nucléaire : approvisionnement des réacteurs nucléaires, stockage, retraitement et recyclage du combustible. Les principales dates de la politique nucléaire civile sont rappelées dans la chronologie. Le contexte historique du nucléaire civil depuis 1945 permet de situer l’ordre d’apparition des acteurs de la filière et de comprendre leur rôle actuel.

L’accident de Fukushima de 2011, d’une nature différente de ceux de Three Mile Island (1979) et de Tchernobyl (1986) démontre une nouvelle fois l’importance des retours d’expérience pour l’élaboration de la sûreté et la sécurité nucléaires. Il influence aussi le débat autour des futurs choix énergétiques de la France.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher