[ Publicité ]

Chronologie| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

Chronologie

Archives.

Dossier mis à jour le 4.04.2012

Article mis à jour le 4.04.2012

19 décembre 1961
Création du Centre national d’études spatiales (CNES).

14 avril 1964
Arrêté ministériel décidant la création d’une nouvelle base spatiale à Kourou en Guyane française.

26 novembre 1965
La France accède au 3e rang des puissances spatiales mondiales grâce au lanceur Diamant depuis le pas de tir d’Hammaguir (Sahara algérien).

1er mars 1968
Création du Centre spatial de Toulouse.

9 avril 1968
1er lancement d’une fusée sonde Véronique au Centre spatial guyanais (CSG).

10 mars 1970
Premier lancement d’un satellite depuis Kourou par un Diamant B.

31 juillet 1973
Création de l’Agence spatiale européenne (ASE).

24 décembre 1979
Premier vol d’Ariane 1.

26 mars 1980
Constitution de la société Arianespace pour la production, la commercialisation et le lancement des fusées Ariane. Le CNES détient 34% des parts de la société, partagées avec 11 banques et 35 firmes européennes.

Juin 1982
Du 24 juin au 2 juillet, vol du vaisseau spatial soviétique Soyouz T 6 avec la participation du premier spationaute français le colonel Jean-Loup Chrétien.

10 septembre 1982
Echec du premier tir commercial de la fusée européenne Ariane à Kourou.

28 Juin 1984
Le Conseil de l’Agence spatiale européenne adopte deux nouveaux projets : le développement d’un gros moteur fusée le "HM-60", fonctionnant à l’hydrogène et à l’oxygène liquide (900 millions de francs sur 2 ans ; 50 % de contribution française) ; la production d’un module habitable "Colombus" (prolongement du programme Spacelab ; 550 millions sur 2 ans ; 50 % de contribution allemande).

4 août 1984
1er lancement d’Ariane 3.

30-31 janvier 1985
Session du Conseil de l’Agence spatiale européenne à Rome (Italie) pour déterminer la politique spatiale européenne à long terme ; adoption de deux résolutions, l’une prévoyant une augmentation de 70 % du budget total de l’agence d’ici 1990, l’autre acceptant la coopération à la station spatiale américaine.

3 juin 1985
Accord de coopération, entre l’Agence spatiale européenne et la NASA, pour la construction de la station spatiale habitée prévue par les Etats-Unis pour 1993.

Juin 1985
Mission de la navette spatiale américaine "Discovery", avec à son bord l’astronaute français Patrick Baudry : mise en orbite géostationnaire de trois satellites de communication ; largage, puis récupération d’un satellite d’astronomie ; expérience de tir au laser depuis les îles Hawaï contre un miroir installé sur la navette. M. Baudry mène deux expériences relatives au comportement de l’être humain dans l’espace.

18 octobre 1985
Le CNES annonce la décision de contruire un avion spatial européen Hermès : la maîtrise d’oeuvre industrielle est confiée à l’Aérospatiale ; la firme Dassault est responsable du vol de l’avion dans l’atmosphère. Huit pays européens souhaitent s’associer à ce programme de 14 milliards de francs.

15 novembre 1985
Lancement par la fusée Ariane, à Kourou, d’un satellite civil français d’observation de la Terre (Spot 1).

22 octobre 1987
Comité interministériel sur la politique spatiale : décision favorable aux trois programmes spatiaux européens (Ariane 5, l’avion spatial Hermès et les modules habitables du programme Colombus) ; décision de construire un troisième satellite français d’observation de la terre.

9 novembre 1987
Réunion, à La Haye, des ministres des treize pays membres de l’Agence spatiale européenne. Adoption de deux résolutions : la première (abstention de la Grande-Bretagne) permettant d’engager, à partir du 1er janvier 1988, les programmes Ariane 5, Colombus (module spatial) et Hermès (avion spatial) ; la deuxième (adoptée par la Grande-Bretagne) affirmant la volonté européenne de ne pas accepter à n’importe quelle condition la participation à la station spatiale américaine et de réorienter son programme en cas d’échec des négociations avec les Etats-Unis, vers une éventuelle station européenne autonome.

15 juin 1988
Premier tir de la fusée européenne Ariane 4 depuis la base de Kourou.

5-10 novembre 1992
Réunion à Grenade (Espagne) des ministres chargés de l’Europe spatiale. Adoption d’une résolution visant à développer la coopération internationale de l’Agence spatiale européenne avec la Russie ; définition des programmes de l’ASE jusqu’en 1995 : démarrage d’un programme d’observation de la Terre (1759 millions d’écus), "réorientation" du programme Hermès (567 millions d’écus), engagement du programme Colombus, de son module habitable APM et de ses plates-formes solaires (2517 millions d’écus), et de celui du satellite de transmission de données (DRS).

26 février 1993
Communiqué des services du Premier ministre annonçant que le Centre national d’études spatiales (CNES) passe sous la tutelle conjointe du ministère de la recherche et du ministère de la défense.

18 janvier 1994
Les pays membres de l’Agence spatiale européenne décident le préfinancement des programmes MSTP et Colombus (vols spatiaux habités), d’un montant d’environ 477 millions d’écus sur deux ans, soit un dixième du montant global estimé pour les deux programmes.

4 juin 1996
1er lancement d’Ariane 5.

10 juin 1997
Rapport du Conseil économique et social (CES) sur l’adaptation de la politique spatiale française et européenne aux nouveaux enjeux internationaux, qui se prononce notamment pour un renforcement des politiques menées dans le cadre européen.

30 octobre 1997
Premier vol réussi d’Ariane 5.

23 décembre 1998
Fusion des activités spatiales des groupes français Lagardère (Matra), britannique GEC, allemand DASA et italien Finmeccanica.

10 décembre 1999
1er lancement commercial d’Ariane 5.

26 mars 2002
Réunis à Bruxelles, les ministres des Transports de l’UE décident le lancement du projet de navigation et de positionnement par satellite Galileo. Les Etats-Unis affirment leur opposition à toute réglementation qui privilégierait l’utilisation de Galileo aux dépens du système américain GPS.

Fin 2004
L’Agence spatiale européenne et l’agence spatiale russe Roskosmos signent un accord prévoyant le lancement de fusées Soyouz à compter de 2007 depuis le centre spatial guyanais pour profiter à la fois du faible coût du lanceur et de la situation géographique de Kourou (proche de l’équateur). Soyouz sera utilisé pour placer en orbite les satellites dont la taille ne justifie pas l’utilisation d’une Ariane 5.

5 décembre 2005-6 décembre 2005
Le 5, signature d’un accord industriel décidant d’implanter le siège de Galileo à Toulouse. Le 6, à Berlin, le conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne décide d’allouer 8,2 milliards d’euros à l’agence sur cinq ans et de donner la priorité aux lanceurs européens pour la mise en orbite de ses satellites

23 mai 2008
Adoption par le Parlement français de la loi relative aux opérations spatiales.

23 mars 2011
Présentation en Conseil des ministres par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche des grandes orientations de la politique du gouvernement dans le secteur spatial.

21 octobre 2011
Les deux premiers satellites destinés au système mondial de navigation Galileo, conçu par l’Europe, sont mis en orbite par le premier lanceur russe Soyouz à décoller du Port spatial européen de Kourou.

13 février 2012
La petite fusée européenne Vega décolle du Centre spatial guyanais pour un vol inaugural.

Lien vers le haut de page

Rechercher