Les risques : typologie| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

Les risques : typologie

Archives.

Dossier mis à jour le 15.10.2005

Article mis à jour le 30.08.2005

La politique de prévention distingue plusieurs types de risques.

Les risques industriels avec :

- les installations, assez dangereuses, soumises à déclaration ;

- les installations, plus dangereuses, soumises à autorisation et devant faire l’objet d’études d’impact et de dangers ;

- les installations les plus dangereuses, dites "installations Seveso" qui sont assujetties à une réglementation spécifique.

Le transport de matières dites dangereuses concerne essentiellement les voies routières et ferroviaires. Cependant, le transport du pétrole et des produits pétroliers par voie maritime représente un risque de catastrophe écologique important comme plusieurs accidents l’ont illustré.

En ce qui concerne le risque rupture de barrage, une réglementation spécifique existe en France.

Le risque nucléaire est souvent associé à l’accident de Tchernobyl, mais aussi aux pollutions et aux contaminations liées au fonctionnement des installations nucléaires, aux déchets....

L’accélération du progrès scientifique a fait apparaitre de nouveaux risques, plus technologiques qu’industriels, qui peuvent dans certains cas être impossibles à maîtriser ou à évaluer par les pouvoirs publics eux-mêmes, on peut citer :

- les OGMOGMOrganisme génétiquement modifié (organismes génétiquement modifiés) dont la dispersion dans l’environnement pourrait entraîner une pollution génétique des espèces naturelles,
- les risques concernant la sécurité alimentaire comme dans l’affaire des bovins contaminés par l’ESB.

Citons aussi les risques liés à la défaillance possible des grands réseaux vitaux, tels les systèmes informatiques, téléphoniques, etc.

Ces nouveaux risques ont amené les pouvoirs publics à intégrer la notion de "principe de précautionPrincipe de précautionPrincipe selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque dans les domaines de l’environnement, de la santé ou de l’alimentation." dans leur action, en particulier en matière sanitaire et biologique.

Par ailleurs, la prise de conscience de nouveaux risques associés à des sociétés toujours plus technologiques a fait naître une nouvelle discipline : la cindynique (du grec Kindunos : danger) ou étude des risques.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher