[ Publicité ]

Les acteurs des politiques de sécurité intérieure| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

Les acteurs des politiques de sécurité intérieure

Archives.

Dossier mis à jour le 1er.10.2005

Article mis à jour le 5.08.2005

Déjà amorcée au cours de la période 1997 - 2002, et plus encore depuis les attentats du 11 septembre 2001, la priorité affichée est le rapprochement et la coopération des différents services pour contrer plus efficacement les nouvelles formes de délinquance qui se manifestent aux niveaux national et transnational.

Les engagements pris par le président de la République, lors de la campagne électoraleCampagne électoraleEnsemble des opérations de propagande qui précèdent une élection ou un référendum de 2002, et par le Premier ministre se sont traduits par un ensemble de réformes structurelles importantes. Le décret du 15 mai 2002 place le Conseil de sécurité intérieure (CSI) sous l’autorité du chef de l’Etat qui le préside : ce conseil a pour mission d’assurer l’impulsion de la politique de sécurité intérieure, de la coordonner et de l’évaluer. Les orientations de la politique de sécurité intérieure sont déclinées par les conférences départementales de sécurité au niveau local (décret du 17 juillet 2002). Le ministre de l’Intérieur devient le « responsable de l’emploi des services de la gendarmerie » pour l’exercice des missions de sécurité intérieure, les gendarmes conservant leur statut militaire.

Les nouvelles orientations de la politique de sécurité intérieure, concrétisées avec l’adoption le 29 août 2002 de la loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (LOPSI), organisent les forces de sécurité en tenant compte des nouvelles évolutions géographiques de la délinquance.

Le renouvellement des structures d’instances de décision et de concertation au niveau de l’Etat se traduit également par l’ancrage progressif d’une nouvelle architecture institutionnelle de la sécurité au niveau local (au 31 mars 2004, 672 contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance ont été créés, dont un tiers sont intercommunaux).

La création de nouveaux moyens opérationnels (notamment les GIR), la réorganisation territoriale de la police et de la gendarmerie et le renforcement de la police scientifique illustrent la volonté d’établir une synergie entre l’ensemble des services de l’État chargés de la sécurité intérieure.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher