Une intervention publique à la fois confirmée et contestée| vie-publique.fr | Repères | Politiques publiques

Imprimer

Une intervention publique à la fois confirmée et contestée

Archives.

Dossier mis à jour le 12.03.2009

Article mis à jour le 12.03.2009

JPEG - 32.5 ko
Paris 9e. Gare Saint-Lazare : "l’heure de tous", accumulation d’Arman, 1985.
© La Documentation française. Photo : Dominique Bravermann. Sculpteur : Arman

Du fait de l’intervention de l’Etat pour le réglementer, le temps de travail se dissocie d’autres temps sociaux tels que ceux consacrés à la famille, aux loisirs, aux engagements politiques, associatifs ou culturels.

Marquée par quelques textes phares (1841, 1906, 1936, 1998-2000), la législation sur le temps de travail a beaucoup évolué et s’est grandement complexifiée depuis le début des années 1980.

L’environnement réglementaire et législatif s’est construit au fil du temps et résulte d’une rédaction en commun des partenaires sociaux et des pouvoirs publics, comme l’est tout le droit du travail. L’Etat reste tout au long des dernières décennies très interventionniste. Les objectifs poursuivis diffèrent cependant selon les gouvernements et selon les époques : partage du travail, réduction du temps de travail ou allongement de la durée du travail ont été successivement évoqués au nom de la poursuite d’un idéal social ou de la recherche de la performance économique.

La durée annuelle moyenne du travail, qui était de 1 942 heures en 1960, est tombée à 1 451 heures en 2007, soit 500 heures de moins. Cette diminution de 25 % du temps de travail en moins d’un demi-siècle provient de la diminution de la durée légale du temps de travail hebdomadaire, passée de 40 à 35 heures, et du nombre de journées travaillées (quatrième semaine de congés payés en 1969, cinquième en 1982) et depuis les années 80, de la progression du travail à temps partiel. Au plus fort de la crise des années trente, Keynes prédisait qu’à la fin de ce siècle, nous travaillerions 30 heures par semaine, sinon moins, et que cela suffirait à la production des biens nécessaires.

Malgré la réduction du temps de travail et les aménagements prévus pour organiser les autres temps sociaux, le temps au travail n’est pas toujours choisi et les conditions de travail se sont souvent dégradées. En outre le développement de la flexibilité du travail bouscule les anciennes solidarités dans le travail tout comme les interventions des syndicats, basées sur le collectif.

Lien vers le haut de page

Mots clés :

Rechercher