Climat : pourquoi faut-il agir maintenant ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

Climat : pourquoi faut-il agir maintenant ?

le 7 06 2017

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Chaque semaine, une question extraite de la collection Doc' en poche « Entrez dans l'actu » sur des sujets d'actualité pour démêler le vrai du faux.

L’inertie du système climatique

Le système climatique, tel un paquebot en mouvement, est d’une considérable inertie. Celle-ci s’explique, en partie, par le temps de résidence du CO2 dans l’atmosphère.

Ainsi, l’accroissement de la température globale ou l’acidification des océans observés aujourd’hui sont des réponses au cumul des rejets anthropiques depuis le début de l’ère industrielle, et non aux seules émissions actuelles.

Les émissions d’aujourd’hui pour le climat de demain

Stabiliser la hausse de la température globale à +2°C en 2100 par rapport au climat préindustriel (en conformité avec les traités internationaux) implique de limiter les rejets futurs de CO2 à environ 1 000 milliards de tonnes. Au rythme actuel, ce seuil sera atteint dans une trentaine d’années ! Des mesures d’atténuation sont donc indispensables dès aujourd’hui, parallèlement à des actions d’adaptation aux changements en cours.

Des puits de carbone moins efficaces

Seule la moitié des émissions de carbone s’accumule dans l’atmosphère, l’autre moitié étant absorbée par les puits naturels que constituent l’océan et la biosphère terrestre. Ces puits dépendent de l’état du climat, et leur efficacité sera amoindrie en climat plus chaud, contribuant à réchauffer encore davantage la température.

Les émissions actuelles comparées aux divers scénarios

>>> Les différents scénarios ont été élaborés en 2005. On peut donc les comparer avec la trajectoire effective des émissions des derniers 10 ans. En dépit des effets ponctuels de la crise économique mondiale observés en 2009, les émissions récentes de CO2 (petits ronds) suivent le scénario de poursuite des rejets (RCP 8.5) conduisant à une hausse de la température globale de 5°C (±1°C) d’ici 2100. Elles s’écartent du scénario d’atténuation (RCP 2.6) qui correspond à la cible +2°C.

Source : adaptée de Global Carbon Project.

Vrai ou faux ? Stabiliser les émissions suffirait à stabiliser le CO2 dans l’atmosphère

>>> Faux. Cette assertion repose sur une confusion entre concentration et émission. Une stabilisation de la concentration atmosphérique en CO2 impliquerait une compensation totale des émissions par l’absorption des puits de carbone, ce qui est évidemment impossible. Stabiliser la concentration de CO2 ne peut se faire à terme qu’en mettant fin à toutes les émissions anthropiques.

Mots clés :


Extrait de : "Parlons climat en 30 questions", Christophe Cassou et Valérie Masson-Delmotte (2015), disponible à La Documentation française

Consulter toutes les questions

Rechercher