Dette publique : un bébé français doit-il déjà 25 000 euros à sa naissance ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

Dette publique : un bébé français doit-il déjà 25 000 euros à sa naissance ?

le 17 11 2017

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Chaque semaine, une question extraite de la collection Doc' en poche « Entrez dans l'actu » sur des sujets d'actualité pour démêler le vrai du faux.

Question extraite de : "Parlons dette en 30 questions. 2e édition", Jean-Marie Monnier (2017), disponible à La Documentation française

Une métaphore réductrice

Ce montant est celui de la dette publiqueDette publiqueEnsemble des dettes de l’Etat résultant des emprunts que ce dernier a émis ou garantis., au sens de Maastricht, par habitant. Pour le calculer, on divise la somme brute des emprunts publics par le nombre d’habitants de la France. On ne soustrait donc pas les avoirs financiers détenus par les administrations publiques (ex. stock d’or à la Banque de France). De plus, on ne tient pas compte du patrimoine non financier (ex. infra­structures) dont elles sont propriétaires. Or, la valeur de ce patrimoine dépasse celle de la dette brute. En outre, pour une part importante, il est légué aux générations futures.

Ce sont les parents du bébé qui paient la dette

Certains économistes pensent que la dette publique repose sur les générations futures. Mais la durée de vie moyenne de la dette de l’État était de 7 ans et 215 jours au 31 janvier 2017 selon l’Agence France Trésor. Ce sont donc le plus souvent les générations actuelles qui remboursent la dette actuelle.

Dès sa naissance, le bébé a des droits

Il bénéficie d’abord comme tous les Français de droits civils. Ils lui assurent une protection dans sa vie quotidienne (ex. droit à la sécurité). Il bénéficie aussi de droits sociaux contre les risques de la vie (ex. droit à la santé). Ces droits lui sont garantis alors même qu’il ne contribue pas à l’effort financier de la nation par l’impôt.

Les retraites sont-elles une dette publique ?

>>> Certains le pensent car, selon eux, l’État serait le garant du système. Mais en France, le système de retraite repose sur la répartition. Ainsi, chaque génération en activité paie pour les générations retraitées. Le montant des retraites est donc garanti par la solidarité intergénérationnelle. Ce n’est en revanche pas le cas dans les systèmes de retraite par capitalisation. Chacun épargne pour sa retraite. Il n’y a pas de garantie collective. La retraite n’est donc jamais une dette publique.

L’État n’est pas un ménage

>>> On dit parfois que l’État devrait être géré comme un ménage. Mais ce n’est pas possible car l’État est en charge de l’intérêt général. Ses principales ressources sont prélevées sur les revenus des personnes physiques et des entreprises. À l’inverse, les revenus des ménages sont principalement issus de leur activité économique directe. Enfin, l’État peut rester longtemps déficitaire. Ce n’est pas le cas des entreprises et des ménages.

Les ménages sont souvent plus endettés que l’État

>>> Si un couple de cadres gagnant 4 200 euros par mois achète une maison en empruntant 175 000 euros sur 20 ans, son taux d’endettement est de 347%. Cette situation n’est pas rare. Et c’est un endettement bien supérieur à celui de l’État.

Mots clés :


Extrait de : "Parlons dette en 30 questions. 2e édition", Jean-Marie Monnier (2017), disponible à La Documentation française

Consulter toutes les questions

Rechercher