Imprimer

La France est-elle bien placée dans la mondialisation ?

le 19 octobre 2017

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Chaque semaine, une question extraite de la collection Doc' en poche « Entrez dans l'actu » sur des sujets d'actualité pour démêler le vrai du faux.

Question extraite de : "Parlons mondialisation en 30 questions. 2e édition", Eddy Fougier (2017), disponible à La Documentation française

Les paradoxes français

Les Français perçoivent la mondialisation comme l’une des principales causes des difficultés du pays. Ils ont donc du mal à imaginer qu’il en est l’un des grands bénéficiaires. Ainsi, dans l’indice de la mondialisation calculé par l’Institut fédéral suisse de technologie de Zurich, la France se classait 19e en 2016, devant le Royaume-Uni, l’Allemagne ou les États-Unis.

Un pays ouvert

La France est l’un des importants bénéficiaires des investissements étrangers entrants (12e pour les flux d’investissement en 2015 et 8e pour les stocks, selon la Cnuced). Les exportations représentaient 30% du produit intérieur brut en 2015. Enfin, selon la Banque de France, cette même année, 45% du capital des entreprises françaises du CAC 40 étaient détenus par des non-résidents.

Des entreprises leaders

En 2015, le classement Fortune Global 500 mentionne 29 entreprises françaises parmi les 500 plus grandes dans le monde par leur chiffre d’affaires, soit davantage que leurs homologues allemandes ou britanniques. Certaines figurent parmi les leaders mondiaux de leur secteur comme Total, Axa, BNP-Paribas, Carrefour, EDF, Vinci, Saint-Gobain, Bouygues, Air France-KLM, L’Oréal, Michelin, Airbus, Danone, Pernod-Ricard…

Un commerce extérieur en perte de vitesse

>>> En 2015, d’après l’OMC, la France était le 8e exportateur mondial de marchandises et le 5e exportateur de services. Les exportations de biens allemandes étaient malgré tout 2,6 fois plus élevées. En outre, la France perd des parts de marchés depuis le début des années 1990 et enregistre un déficit de la balance commerciale depuis 2003.

La place de la France dans les chaînes de valeur mondiales

>>> L’intégration d’un pays dans l’économie mondiale est de plus en plus évaluée par sa participation aux chaînes de valeur mondiales (CVM). Un indice de participation aux CVM permet d’estimer le pourcentage des exportations faisant partie des CVM. En 2009, d’après l’OCDE, cette part s’élevait à 45% pour la France, soit un taux inférieur à celui de l’Allemagne, mais légèrement supérieur à celui du Japon, du Royaume-Uni ou des États-Unis. Cette participation est particulièrement importante dans les secteurs de la chimie et du matériel de transport.

L’attractivité de Paris en tant que "ville globale"

>>> Les villes globales sont des acteurs clefs de la mondialisation. Elles jouent un rôle de hub en constituant un « nœud de réseaux » au cœur d’un ensemble de connexions et de flux attirant richesses, talents et innovations. Or, Paris constitue un atout indéniable pour la France en la matière en étant généralement classée parmi les villes globales les plus attractives après New York et Londres (Global Power City Index, Institute for Urban Strategies).

Mots clés :


Extrait de : "Parlons mondialisation en 30 questions. 2e édition", Eddy Fougier (2017), disponible à La Documentation française

Consulter toutes les questions

Rechercher