À quoi sert une banque ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

À quoi sert une banque ?

le 13 10 2017

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Chaque semaine, une question extraite de la collection Doc' en poche « Entrez dans l'actu » sur des sujets d'actualité pour démêler le vrai du faux.

Question extraite de : "Parlons banque en 30 questions", Jézabel Couppey-Soubeyran, Christophe Nijdam (2014), disponible à La Documentation française

Trois fonctions clés

La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement…). Elle gère aussi votre épargne et réduit les risques qui s’y rapportent en les mutualisant. Enfin, elle finance vos projets d’investissement ainsi que ceux des entreprises.

Nécessaires au bon fonctionnement de l’économie

Si les moyens de paiement venaient à manquer ou si les dépôts ne pouvaient plus circuler, les échanges seraient rapidement empêchés. Et si les épargnants n’avaient pas d’intermédiaires à qui confier leur épargne, leur épargne financière s’en trouverait sans doute réduite et moins bien orientée vers le financement des entreprises. Sans les banques, il serait aussi beaucoup plus difficile pour les ménages et de nombreuses entreprises de financer leurs projets autrement qu’en s’auto-finançant.

70% du financement externe des entreprises en Europe

C’est ce que représentent les crédits que les banques octroient et les titres qu’elles achètent (actions, obligations…). Les crédits bancaires sont vitaux pour les petites et moyennes entreprises (PME), en raison d’un accès aux marchés financiers limité ou inadapté. Même pour les grandes entreprises qui se financent sur les marchés de titres, ce sont souvent les banques qui, en bout de chaîne, détiennent une partie des titres émis.

Qu’est-ce que la « transformation » ?

>>> La banque met les ressources des déposants au service du financement des entreprises. Elle « transforme » les dépôts de ses clients en crédits ou titres qui servent à financer les investissements des entreprises. Au bilan de la banque, la durée du passif (où sont enregistrés les dépôts) est donc plus courte que celle de son actif (où sont consignés les crédits et achats de titres). La banque fait « du long avec du court » : c’est ce qu’on appelle la transformation d’échéances.

La banque est-elle une entreprise comme les autres ?

>>> La banque est une entreprise de services. Comme toute autre, elle cherche à les produire au meilleur coût et à maximiser son profit. Mais les services bancaires revêtent une importance particulière pour l’économie. Ils constituent pour ainsi dire un bien public à préserver. D’autant que les difficultés d’une banque sont contagieuses. Elles s’étendent vite à d’autres banques, au secteur tout entier, et à l’économie tout entière. Ce sont ces fortes retombées sur l’économie réelle (les économistes emploient le terme d’externalités) – positives quand tout va bien, négatives quand ça va mal –, qui confèrent un caractère spécial au secteur bancaire. Mais il ne faut pas pousser trop loin cette idée qui sinon peut devenir un paravent bien commode pour éviter d’expliquer la façon dont il (dys)fonctionne !

Mots clés :


Extrait de : "Parlons banque en 30 questions", Jézabel Couppey-Soubeyran, Christophe Nijdam (2014), disponible à La Documentation française

Consulter toutes les questions

Rechercher