Résultats de recherche | Vie Publique

450 résultats pour votre recherche "Femme"

Classement :

Montrer / Cacher les extraits
  • 1 - Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur « Les actes du colloque sur les mariages forcés et les crimes dits d'honneur » organisé le lundi 8 mars 2010 à l'occasion de la Journée internationale de la femme 

    16/04/2010

    La lutte contre les violences envers les femmes ayant été érigée en "grande cause nationale pour 2010" par le Gouvernement, la délégation aux droits des femmes du Sénat a souhaité aborder la question des mariages forcés et des crimes d'honneur en leur consacrant un colloque. Organisé le 8 mars 2010, à l'occasion de la journée internationale de la femme, celui-ci a permis à des chercheurs, à des responsables associatifs, aux représentants du ministère de la justice et du ministère des affaires étrangères, ainsi qu'à des personnalités étrangères engagées dans la lutte en faveur du droit des femmes, de confronter leurs points de vue sur la réalité de ces pratiques, et d'engager, avec les membres de la délégation, un dialogue sur les moyens de les contrer, et d'apporter un soutien à ceux et à celles qui en sont les victimes.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 2 - La toxoplasmose en France chez la femme enceinte en 2003 : séroprévalence et facteurs associés

    15/08/2007

    La toxoplasmose congénitale est potentiellement mortelle pour le foetus. Lors de la grossesse, la mère peut s'infecter par ingestion de viande parasitée insuffisamment cuite, de crudités mal lavées, ou par ingestion d'oocystes présents sur les mains souillées. La prévention de la toxoplasmose congénitale, en France, impose aux femmes enceintes séronégatives une surveillance sérologique de la déclaration de grossesse jusqu'à l'accouchement. La prévalence de la toxoplasmose chez la femme enceinte était de 54,3 % lors de l'enquête nationale périnatale de 1995. Lors de l'enquête réalisée en 2003, sur un échantillon de 15108 femmes, la prévalence était de 43,8 %. Ce rapport présente les méthodes d'investigation, les échantillons étudiés, les résultats des tests pratiqués, la séroprévalence de la toxoplasmose selon les caractéristiques des femmes (âge, origine) et selon les régions. Il établit des comparaisons avec les données de l'enquête faite en 1995.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 3 - L'égalité professionnelle homme- femme dans la Fonction publique

    09/03/2011

    Mme Françoise Guégot, députée de Seine-Maritime, a été chargée par le Président de la République d'une mission visant à proposer des actions concrètes pour améliorer la situation des femmes dans la Fonction publique et surmonter les inégalités. En dépit d'un certain nombre de mesures favorables à l'égalité professionnelle hommes-femmes dans la Fonction publique et d'une forte féminisation, l'auteur note une persistance des inégalités, particulièrement dans les niveaux de rémunérations et l'accès des femmes aux emplois de direction. Après avoir recensé des mesures mises en place à l'étranger en faveur de l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, le rapport présente, à partir des auditions réalisées pour cette mission, une synthèse des propos autour de huit focus : le recrutement ; la formation professionnelle ; les parcours et les évolutions de carrière ; l'accès des femmes aux postes à responsabilité ; la politique de rémunération ; l'articulation vie professionnelle - vie privée ; le travail à temps partiel ; la communication et la sensibilisation à la mixité et à l'égalité professionnelle. L'auteur émet enfin six propositions pour améliorer l'égalité professionnelle, portant sur le déroulement de la carrière, l'accès des femmes aux postes de direction ou encore la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 4 - Réflexions et propositions sur la première année des études de médecine, d'odontologie, de pharmacie et de sage- femme : L1 Santé

    26/02/2008

    La mission confiée au Professeur Jean-François Bach avait pour objectif de proposer des solutions pour lutter contre l'échec massif des étudiants en fin de première année de médecine (de l'ordre de 80% d'une promotion). Les propositions du rapport ont pour objectif de créer les conditions d'une meilleure orientation des étudiants qui s'inscrivent en première année de médecine, de diminuer le taux de redoublement par une réorientation efficace des étudiants grâce à l'ouverture de nouvelles passerelles au sein de l'université, et enfin de trouver les modalités d'un élargissement des passerelles déjà existantes et permettant d'intégrer un cursus médical après une première formation.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 5 -  Femme , j'écris ton nom... : guide d'aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions

    31/12/1999

    Guide de plus de 2000 entrées masculin/féminin aidant à trouver et former des termes féminins en un temps où les femmes accèdent à tous les secteurs d'activité et à tous les niveaux de responsabilité. Les dénominations au féminin, déjà en progression constante, reflètent l'évolution de la société.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 6 - La santé et l'accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité

    07/07/2017

    Dans son rapport EGAliTER (2014), le Haut conseil à l’égalité (HCE) mettait en évidence le renforcement des inégalités femmes-hommes lorsqu’elles sont cumulées à des inégalités sociales et territoriales, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et dans les territoires très ruraux. Ce rapport faisait état : d’une moins bonne santé des femmes et de difficultés d’accès aux soins dans ces territoires dues à des situations de précarité économique et sociale ; de l’existence de territoires où l’offre de soins est insuffisante ; d’un plus fort renoncement aux soins et du poids des stéréotypes de sexe. Dans la continuité de ce travail, les membres de la Commission « Santé, droits sexuels et reproductifs » du HCE ont souhaité approfondir les connaissances sur la santé des femmes en situation de précarité, ses spécificités et ses déterminants, afin d’identifier des leviers pour garantir un accès effectif aux soins et une meilleure santé des femmes en situation de précarité.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 7 - Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les femmes et l'agriculture : pour l'égalité dans les territoires

    05/07/2017

    Ce rapport d'information est le prolongement d'un colloque organisé au Sénat le 22 février 2017. Les témoignages d'agricultrices alors rassemblés sont ici complétés par les informations recueillies au cours de six auditions et tables rondes et quatre déplacements dans les territoires, qui ont permis d'entendre une centaine de représentants et spécialistes de la profession et de l'enseignement agricoles, parmi lesquels environ 80 agricultrices en activité ou retraitées. Le rapport analyse la situation des agricultrices dans sa globalité, à travers toutes les étapes de leur parcours professionnel : formation, installation, statut, protection sociale, santé, engagement dans les organisations professionnelles agricoles, accès aux responsabilités et retraite. Il s'intéresse également aux difficultés spécifiques que pose l'articulation de la vie professionnelle et de la vie familiale à des femmes qui exercent un métier où la charge de travail est considérable, et dont les contraintes d'organisation peuvent être aggravées par un accès parfois inégal aux services publics dans le monde rural. Au terme de ce rapport, la délégation présente 40 recommandations pour faciliter l'installation des agricultrices, sécuriser leur parcours et favoriser l'articulation des temps personnel et professionnel, pour consolider leur statut et améliorer leur couverture sociale ainsi que leur retraite, pour mieux prendre en compte la féminisation de la profession agricole et pour susciter des vocations d'agricultrices chez les jeunes filles, valoriser la contribution des agricultrices à la profession et encourager leur accès aux responsabilités dans les instances agricoles.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 8 - Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les actes du colloque « Etre agricultrice en 2017 », organisé le 22 février 2017

    13/06/2017

    La délégation aux droits des femmes du Sénat a souhaité consacrer son colloque annuel de 2017 à la situation des agricultrices. Plusieurs thèmes ont été abordés au cours de cette journée : les défis d'un métier dont l'image demeure encore aujourd'hui assez masculine, même si les agricultrices représentent actuellement un quart des chefs d'exploitation et des co-exploitants ; les innovations porteuses d’avenir pour l’agriculture et la vie rurale ; l'engagement politique, associatif et syndical des agricultrices.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 9 - Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur le 50ème anniversaire de la loi du 28 décembre 1967 et rendant hommage à Lucien Neuwirth

    30/03/2017

    « Le 28 décembre 1967 a été promulguée la loi relative à la régulation des naissances, dont Lucien Neuwirth, alors député de la Loire, avait pris l'initiative le 18 mai 1966. La loi n° 67-1167 ou « loi Neuwirth » devait révolutionner la société française en donnant aux femmes le droit de maîtriser leur fécondité. Entre le 1er juillet 1966 - date de l'inscription à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale de la proposition de loi de Lucien Neuwirth - et le 28 décembre 1967, les deux assemblées, au cours de débats passionnés, ont tour à tour travaillé à l'élaboration d'un texte décisif pour les droits et libertés des femmes et pour la vie des couples. La lecture des débats de l'époque rappelle que cette initiative a valu à son auteur des critiques dont la violence, cinquante ans plus tard, ne laisse pas de surprendre. Le 9 février 2017 a eu lieu, au Sénat, le « premier jour » d'un timbre anticipant le cinquantième anniversaire de la loi du 28 décembre 1967 et rendant hommage à Lucien Neuwirth, qui fut sénateur de la Loire de 1983 à 2001, questeur du Sénat de 1989 à 1998 et membre de la délégation aux droits des femmes de la création de celle-ci, en 1999, à la fin de sa carrière sénatoriale. Six sénatrices et sénateurs de la délégation aux droits des femmes, de tous les groupes, ainsi que la présidente du planning familial et la ministre des familles, de l'enfance et des droits des femmes, se sont donc succédé pour évoquer l'apport de la « loi Neuwirth » à l'émancipation des femmes et le parcours exceptionnel du « père de la pilule », héros de la France libre et de la Résistance, parlementaire hors pair et humaniste engagé. Puis le Président directeur général de La Poste et le Président du Sénat ont inauguré ensemble le timbre commémorant la loi du 28 décembre 1967 ». Source : Sénat

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


  • 10 - Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les variations du développement sexuel : lever un tabou, lutter contre la stigmatisation et les exclusions

    23/02/2017

    Le présent rapport de la délégation aux droits des femmes porte sur la situation des personnes concernées par les variations du développement sexuel, parfois dites « intersexes », en France. Celles-ci ne naissent pas nécessairement avec des organes sexuels leur permettant d'être déclarées avec certitude « fille » ou « garçon », ce qui est la source de nombreuses difficultés (marginalisation, stigmatisations, etc.). La première partie du rapport présente l'hétérogénéité des variations du développement sexuel que recouvre le terme d'« intersexes » et le débat sur la terminologie retenue par le corps médical et par certaines associations : « anomalies du développement génital », « désordres - ou troubles - du développement sexuel » ou « variations du développement sexuel » ? En outre, elle pointe le manque de statistiques disponibles sur les personnes présentant de telles variations, ce qui rend plus difficile leur reconnaissance et la prise en compte de leurs difficultés. La deuxième partie aborde la question des opérations effectuées sur les personnes présentant des variations du développement sexuel, et plus particulièrement sur les enfants, pour leur assigner un sexe masculin ou féminin. La délégation constate une prise en charge médicale trop longtemps fondée sur des opérations précoces systématiques, mais observe une évolution des pratiques en faveur d’une information plus transparente et d’un meilleur accompagnement des patients et de leurs familles. La dernière partie se concentre sur la problématique centrale de la reconnaissance des personnes « intersexes » dans la société et sur les moyens qui seraient susceptibles de garantir au mieux le respect de leur vie privée. Cette partie présente également les défis que poserait la reconnaissance d'un « troisième sexe », à l'ordre juridique français, notamment du point de vue du droit de la filiation.

    Rubrique : Bibliothèque des rapports publics


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - Suivant