Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Adoption à l’étranger : 614 enfants accueillis en France en 2018

le 12 février 2019

La Mission de l’adoption internationale (MAI) du MinistèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Europe et des affaires étrangères publie les chiffres 2018 de l’adoption à l’étranger. Ceux-ci sont en baisse de plus de 10% par rapport à 2017.

Des adoptions internationales de moins en moins nombreuses

En 2018, 614 enfants ont été adoptés à l’étranger par des familles françaises. Depuis plusieurs années, les adoptions internationales en France ne cessent de diminuer. En 2010, le nombre d’enfants adoptés était de 3 504. En huit ans, ce nombre a été divisé par près de six.

La principale raison de cette baisse est l’application par un nombre croissant d’États de la convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale. Cette convention, ratifiée par 99 pays en 2018, privilégie l’adoption des enfants dans leur pays d’origine.

Le profil des enfants adoptés et des familles adoptantes

Les enfants étrangers adoptés en France en 2018 sont originaires en majorité d’Afrique (33%), d’Asie (29%) et des Amériques (25%). Le continent européen ne représente que 13% des adoptions internationales.

Les 5 principaux pays d’origine des enfants recueillis sont Haïti (61 adoptions), la Colombie (53 adoptions), le Vietnam (50 adoptions), la Côte d’Ivoire (45 adoptions) et la Thaïlande (42 adoptions).

Les enfants recueillis les plus jeunes (de 0 à 2 ans) proviennent surtout d’Asie (41,5%) et les plus âgés d’Afrique (de plus de 11 ans).

66,3% des adoptions internationales concernent des enfants dits “à besoins spécifiques” (enfants âgés de plus de 5 ans, issus de fratries, touchés par un handicap ou des problèmes de santé). Le nombre d’adoptions intrafamiliales (enfant du conjoint ou autre lien familial) représente plus de 10% de la totalité des adoptions. Il s’agit essentiellement d’enfants originaires d’Afrique.

Quant aux familles, celles qui ont le plus adopté en 2018 résident dans les Bouches-du-Rhône, les Hauts-de-Seine, le Finistère et en Loire-Atlantique.

Plus d’une famille sur deux a été accompagnée par un organisme autorisé pour l’adoption (OAA), 26% sont passées par l’Agence française de l’adoption (AFA) et 22% ont eu recours à une démarche individuelle.

Mots clés :

Rechercher