Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Cantines scolaires : des repas à 1 euro dans les communes rurales fragiles

le 9 juin 2019

Le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. a lancé la "cantine à un euroEuroMonnaie unique de plusieurs Etats membres de l’Union européenne qui forment la zone euro.". L’objectif : réduire les inégalités sociales en aidant les communes les plus défavorisées à pratiquer une tarification sociale dans les cantines des écoles élémentaires.

Garantir à tous un accès à l’alimentation

La cantine à un euro était l’une des mesures annoncées par le président de la République en septembre 2018 dans le cadre du plan national de lutte contre la pauvreté. Ce dispositif, lancé en avril 2019, doit permettre aux enfants issus de familles défavorisées de bénéficier d’un repas complet par jour pour un euro maximum. Cela devrait concerner entre 60 et 120 000 enfants selon le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la santé.

En France, les prix des repas à l’école primaire sont fixés par les communes. Si elles sont déjà nombreuses à réguler le prix de la cantine en fonction des revenus des familles, beaucoup de petites communes en milieu rural ne proposent pas de tarification sociale.

Selon une enquête de l’Union Nationale des Associations Familiales, seulement un tiers des communes de 1 000 à 10 000 habitants pratique une tarification sociale dans les cantines, contre 81% des communes de 10 000 à 100 000 habitants.

Inciter les communes à pratiquer une tarification sociale

L’État veut encourager les communes les plus fragiles à mettre en place une tarification sociale dans les cantines des écoles élémentaires. Si celles-ci s’engagent à participer au dispositif, elles recevront une aide financière de deux euros pour chaque repas facturé un euro maximum aux familles. En moyenne, un repas coûte sept euros et revient à environ trois euros aux parents.

Les collectivités éligibles qui disposent déjà d’une tarification sociale peuvent bénéficier de cette aide depuis le 1er avril 2019. Les autres pourront la percevoir à compter de la date de mise en place d’une tarification sociale dans leurs cantines. Celle-ci doit compter au moins trois tranches et la tranche la plus basse ne doit pas dépasser un euro par repas.

Ce dispositif concerne seulement les communes bénéficiaires de la fraction cible de la dotation de solidarité rurale (DSR), soit les 10 000 premières communes rurales les plus défavorisées. Pour les intercommunalités, les deux tiers au moins de leur population doivent habiter dans une commune éligible à la DSR cible. Au total, près de 3 400 communes et 500 intercommunalités peuvent prétendre à cette aide, ce qui représente un budget de 20 millions d’euros par an.

Les petits déjeuners gratuits à l’école ont également été mis en œuvre le 17 avril 2019 dans 8 académies tests avant leur généralisation en septembre.

Mots clés :

Rechercher