Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Les chiffres 2018 du CNC révèlent une belle santé du cinéma français

le 15 mai 2019

Alors que le festival de Cannes ouvre sa 72e édition, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a rendu public, début mai, les chiffres de la production française pour 2018.

Une industrie florissante malgré la défection de certains partenaires

D’après le bilan publié par le CNC le 6 mai 2019 auquel est joint un support de présentation, “Quels enseignements du bilan du CNC ?”, la part de la production française dans le marché national a atteint 40% en 2018. “Une performance exceptionnelle en Europe” selon Frédérique Bredin, présidente du CNC, alors que les productions européennes connaissent, dans l’ensemble, une croissance modeste, malgré une production mondiale en augmentation de 50% sur 10 ans.

Avec un investissement de 957 millions d’euros (dont 66,39 millions d’euros de participations étrangères) pour l’année écoulée, soit 4 millions d’euros en moyenne par film, le budget du cinéma français par film est deux fois supérieur au budget moyen dans les autres pays d’Europe. Cependant, la participation financière des chaînes de télévisions a chuté de 22,5%. Même si le soutien du CNC à la production cinématographique française est resté stable (100 millions d’euros), la part de l’investissement public reste bien inférieure à celle des pays voisins européens (20% contre 50% en moyenne dans les autres pays d’Europe, chiffres 2016).

Alerté par le rapport Boutonnat qui préconise un élargissement du financement privé dans le secteur culturel, Emmanuel Macron a annoncé, le 13 mai, veille de l’ouverture du festival de Cannes, la création d’un fonds de 225 millions d’euros, géré par la Banque publique d’investissement (Bpifrance), à destination des industries culturelles et créatives qui pourrait venir en soutien aux producteurs privés jugés sous-capitalisés.

Diversité de productions et rayonnement à l’international

Le CNC observe par ailleurs que si 40% des recettes des films français sont réalisées dans la première année de leur exploitation, leur durée de vie est particulièrement longue. Sur 100 films sortis en 2009, 66 génèrent encore des recettes en 2018 notamment grâce aux nouveaux moyens de diffusion numérique (VOD, abonnements à chaînes thématiques..).

Autres spécificités de la production française : dans le palmarès des films ayant totalisé plus de 100 000 entrées en 2018 une grande variété de genres sont représentés (documentaires, films d’animation, comédies, films historiques, westerns, thrillers) et un nombre important de films sont des coproductions internationales (67 sur les 237 films tournés dans 30 pays différents), contribuant au rayonnement international du cinéma français.

Mots clés :

Rechercher