Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Drogues : le cannabis, première substance illicite consommée en 2017

le 11 décembre 2018

Publié le 26 novembre 2018, le Baromètre santé 2017 de Santé publique France, conduit avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), présente les évolutions des usages de drogues illicites depuis le début des années 1990.

Au cours du premier semestre 2017, un échantillon représentatif de la population française de 20 665 personnes âgées de 18 à 64 ans a répondu par téléphone à un questionnaire portant sur les drogues illicites.

Cannabis : une consommation en hausse continue depuis 30 ans

Selon le Baromètre santé 2017, “le cannabis demeure la première substance illicite diffusée dans la population” avec 44,8% des adultes à l’avoir expérimenté en 2017 (contre 12,7% en 1992). Depuis 30 ans, la diffusion du cannabis n’a cessé de progresser.

La France compte 1,4 million de consommateurs réguliers de cannabis (dont 700 000 usagers quotidiens) et 5 millions de consommateurs occasionnels. En revanche, 17 millions de Français ont été des expérimentateurs (au moins un usage au cours de la vie). Ils sont 2,2 millions à avoir expérimenté la cocaïne, 38 millions le tabac et 47 millions l’alcool.

La tranche 18-25 ans reste la plus consommatrice, avec plus d’un jeune sur quatre (26,9%) déclarant avoir fumé dans l’année. Toutefois, l’étude "observe avec le vieillissement des expérimentateurs, une consommation de plus en plus fréquente après 25 ans" (17,7% des 26-34 ans, 9,4% des 35-44 ans et 5,7% des 45-54 ans).

Le mode d’approvisionnement est un marqueur générationnel, les consommateurs de plus de 35 ans ayant davantage recours à la culture de cannabis pour leurs besoins personnels.

En 2017, “plus de 5 hommes sur 10 ont déjà consommé du cannabis au cours de leur vie contre moins de 4 femmes sur 10”. On trouve deux fois plus de consommateurs réguliers chez les chômeurs (6,6%) que chez les actifs occupés (3%). Mais, l’étude note “une progression de la consommation parmi les actifs occupés et une stabilisation de celle des chômeurs” entre 2014 et 2017.

Les autres substances illicites : peu d’évolutions par rapport à 2014

Les expérimentations des autres substances illicites sont beaucoup plus rares et se situent en deçà de 6%, même pour les drogues stimulantes qui sont les plus diffusées après le cannabis : 5,6% pour la cocaïne, 5% pour la MDMA/ecstasy.

Les expérimentations des autres substances illicites (LSD, amphétamines, héroïne, crack) sont similaires entre 2014 et 2017 et ne dépassent pas 3%, sauf pour les champignons hallucinogènes (5,3%).

Mots clés :

Rechercher