Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

L’exposition aux pesticides à domicile : les recommandations de l’ANSES

le 10 octobre 2019

L’enquête Pesti’home, mise en place à l’échelle nationale par l’ANSES en 2014, a pour objectif de déterminer les “pratiques et usages des pesticides des Français à leur domicile”. 1 507 ménages de la France métropolitaine ont été interrogés, et 5 408 produits ont été inventoriés.

Un usage répandu des pesticides domestiques

L’enquête montre que :

  • 75% des personnes interrogées ont utilisé un pesticide au moins une fois dans l’année ;
  • 61% des détenteurs d’animaux domestiques (près de la moitié de l’échantillon) les traitent contre les puces et les tiques ;
  • 40% des ménages utilisent des pesticides contre les insectes volants, 28% contre les insectes rampants, 9% contre les rongeurs et 4% contre les acariens ;
  • 12% utilisent des répulsifs corporels contre les insectes et 7% contre les poux humains ;
  • enfin, les herbicides sont utilisés au moins deux fois par an par la moitié les détenteurs d’un espace extérieur, tout comme les fongicides. 70% des personnes qui utilisent des produits pour le jardin déclarent suivre les précautions d’emploi.

Quant aux emballages vides, ils sont soit mis à la poubelle (66%), soit apportés à la déchetterie (26%).

Une meilleure information du public sur l’utilisation et l’élimination des produits est nécessaire

Les précautions d’emploi figurant sur les emballages ou les notices de ces produits, comme le port de gants ou l’aération des pièces dans lesquelles les produits ont été utilisés, doivent être mieux connues et mises en œuvre.

L’ANSES souligne l’importance d’une meilleure information du grand public sur les conditions d’utilisation et d’élimination des médicaments vétérinaires (vendus avec ou sans prescription) ou des produits biocides.

L’Agence recommande ainsi aux pouvoirs publics et aux collectivités locales de sensibiliser régulièrement la population à l’élimination des produits pesticides et de leurs emballages usagés par des campagnes de communication, notamment pour les produits interdits à la vente depuis le 1er janvier 2019.

L’étude Pesti’home permet également de mieux évaluer les expositions et les risques potentiels pour la santé des populations et d’identifier en particulier les expositions cumulées à des substances chimiques. Cette étude a été étendue à l’outremer et les résultats seront publiés en 2020.

Mots clés :

Rechercher