Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Flux migratoires dans l’OCDE en 2018 : le nombre de réfugiés est en baisse

le 25 septembre 2019

5,3 millions d’immigrés permanents se sont installés en 2018 dans un des 36 pays de l’OCDE. Le nombre de réfugiés est en baisse, les migrations familiales restent les plus importantes. Les principaux pays d’origine des nouveaux immigrés sont la Chine, la Roumanie, l’Inde, la Pologne et le Vietnam (soit un total de plus de 1,7 million de personnes). L’ensemble des pays africains représente 300 000 entrées.

Des migrations très hétérogènes

La 43e édition du rapport du Système d’observation permanente des migrations de l’OCDE, publié en septembre 2019, fournit des données comparables détaillées sur les effectifs et les entrées d’immigrés dans les pays de l’OCDE.

Les migrations familiales restent la voie d’immigration la plus importante en 2017. Elles représentent plus de 40% de toutes les entrées. Les États-Unis sont de loin le principal pays de destination : ils accueillent 43% de ces populations.

Les migrations dans le cadre de programme de migrations temporaires de travail ont augmenté de 6% représentant 11% des flux totaux en 2017, soit 4,9 millions d’individus. Les travailleurs détachés par leur employeur en constituent la première catégorie : 2,7 millions de personnes dans les États membres de l’Union européenne (UE) ou dans l’Association européenne de libre-échange (AELE). Avec 1,1 million de nouvelles autorisations délivrées à des travailleurs non ressortissants de l’UE et 21 000 à des travailleurs détachés au sein de l’UE, la Pologne est le premier pays d’accueil de ces migrants, devant les États-Unis.

Les pays européens et les pays non européens de l’OCDE ont enregistré un recul du nombre de demandes d’asile en 2018. Les principaux pays de destination après les États-Unis (254 000 demandes) et l’Allemagne (162 000) sont la Turquie (116 000), la France (110 000) et la Grèce (65 000). L’Afghanistan et la Syrie restent les deux premiers pays d’origine, suivis du Venezuela.

129 millions de personnes nées à l’étranger vivent dans les pays de l’OCDE en 2018

Entre 2000 et 2018, l’augmentation de la population née à l’étranger a été à l’origine de près des trois quarts de la croissance démographique totale des pays européens de l’OCDE et de près de 40% de celle des États-Unis.

Huit millions de personnes vivant en France en 2016 (soit 12% de la population totale) sont nées à l’étranger. Les principaux pays de naissance sont l’Algérie, le Maroc et le Portugal. En 2017, le pays a accueilli 259 000 nouveaux arrivants pour un séjour de longue durée ou à titre permanent. Ce chiffre comprend 30,4% d’immigrés admis au titre de la libre circulation (ressortissants de l’UE), 11,6% de travailleurs immigrés, 37,8% de membres de la famille et 12,6% de migrants humanitaires.

En 2018, 118 000 ressortissants français se sont installés dans un autre pays de l’OCDE dont 12,6% en Allemagne, 11,9% en Suisse et 11,9% au Royaume-Uni.

Mots clés :

Rechercher