Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

L’Insee analyse la pauvreté en conditions de vie de 2004 à 2017

le 14 mai 2019

L’Insee annonce une baisse de la pauvreté en conditions de vie en France depuis 2004, mais souligne la fragilité des chômeurs et des familles monoparentales.

La pauvreté atteint son plus bas niveau en 2017

L’Insee a publié le 25 avril 2019 une enquête sur l’évolution de la pauvreté en conditions de vie en France entre 2004 et 2017. Cet indicateur de pauvreté, mis en place en 2004, mesure les privations d’ordre matériel subies par les ménages, contrairement à l’indicateur de pauvreté monétaire qui met en évidence les difficultés de revenus par rapport au niveau de vie général de la population.

Cette approche permet une meilleure appréhension de la pauvreté en France pour lutter contre les inégalités et l’exclusion. Quatre critères déterminent le taux de pauvreté en conditions de vie :

  • insuffisance de ressources (remboursement d’emprunt élevé, découvert bancaire, nécessité de puiser dans ses économies) ;
  • retards de paiement (impossibilité de payer ses factures) ;
  • restrictions de consommation (absence de repas complet, difficultés à acheter des vêtements neufs, à partir en vacances) ;
  • difficultés de logement (surpeuplement dans le logement, absence de salle de bain, d’eau chaude, de chauffage).

En 2017, la pauvreté en conditions de vie a atteint son plus bas niveau historique. Elle touche 11% des ménages de France métropolitaine, contre 14,6% en 2004.

La proportion de ménages déclarant des difficultés de logement a presque été divisée par deux entre 2004 et 2017, passant de 10,1% à 5,7%. La part des ménages affectés par des retards de paiement a baissé de 11,5% à 8%, celle des ménages touchés par des restrictions de consommation de 14,2% à 11%. La part des ménages souffrant d’insuffisances de ressources était à la hausse après la crise économique de 2008, mais est revenue à son niveau de 2004, passant de 14% à 13,9% en 2017.

Familles monoparentales et chômeurs plus touchés par la pauvreté

Selon l’Insee, les ménages âgés entre 45-59 ans sont les plus touchés par la pauvreté en conditions de vie (13,9%). A l’inverse, seuls 7% des retraités de plus de 75 ans y sont confrontés. Les jeunes de 16 à 29 ans se situent à un niveau intermédiaire (10,4%), mais sont plus affectés par les difficultés liées au logement (9,5%).

Par ailleurs, la pauvreté en conditions de vie touche davantage les chômeurs (44,1%) et les familles monoparentales (25,9%). Elle concerne plus souvent les familles nombreuses (18,1%) que les couples avec un ou deux enfants (7%).

Mots clés :

Rechercher