Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Parité dans les communes et intercommunalités : où en est-on en 2019 ?

le 13 mars 2019

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, la Direction générale des collectivités locales (DGCL) a publié deux études sur la part des femmes dans les conseils municipaux et communautaires en 2019. Si la place des femmes a progressé au niveau local depuis les lois sur la parité, elle est encore faible, en particulier au sein des exécutifs et dans les intercommunalités.

40% d’élues municipales mais une minorité de femmes maires ou à la tête d’une grande collectivité

La part des femmes dans les conseils municipaux s‘élève à 39,9% en janvier 2019.

Cette proportion varie toutefois selon la taille des communes. Dans les communes de plus de 1 000 habitants, pour lesquelles la parité des listes électorales est obligatoire depuis 2014, les femmes représentent 46,8% des élus. Dans les communes plus petites, qui ne sont pas soumises à cette règle, la parité est loin d’être atteinte. 34,5% femmes siègent dans les conseils.

Plus on se rapproche de la fonction de maire, moins les femmes sont nombreuses. On dénombre seulement 17% de femmes parmi les maires et 29% parmi les premiers adjoints.

De même, plus la collectivité est grande, plus c’est un homme qui la dirige.

La représentativité des conseils municipaux varie aussi avec l’âge : plus les élus sont âgés et moins on compte de femmes.

Des intercommunalités présidées quasi-exclusivement par des hommes

La part des femmes dans les conseils communautaires est de 31,4% en janvier 2019.

Les intercommunalités les plus grandes sont les plus féminisées. Ainsi, dans les conseils des intercommunalités de moins de 15 000 habitants, les femmes ne sont que 27% contre 36% dans celles de plus de 300 000 habitants.

Plus encore qu’à l’échelle communale, les fonctions dirigeantes sont occupées par des hommes. Seules 8% de femmes président une intercommunalitéIntercommunalitéDésigne les différentes formes de coopération existant entre les communes. L’intercommunalité permet aux communes de se regrouper au sein d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI)..

On note également plus de femmes parmi les jeunes élus communautaires. Les conseillers de moins de 50 ans sont à plus de 40% des femmes.

Le 4 mars 2019, la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loiProposition de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative d’un ou plusieurs parlementaires. pour renforcer la parité à l’échelon local. Elle recommande notamment, à l’instar du Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes en janvier 2019, de généraliser le scrutin de liste paritaire à toutes les communes et d’instaurer dans les exécutifs communaux et intercommunaux une alternance de sexe entre maire/président et 1er adjoint/vice-président.

Rechercher