Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Population : quel est le solde migratoire en 2017 ?

le 1er mars 2019

Dans une étude publiée le 20 février 2019, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) s’intéresse à l’évolution de la démographie française au regard du solde migratoire, qui est la différence entre le nombre d’entrées et de départs de France toutes nationalités confondues.

La population a augmenté de 3,2 millions de personnes depuis 2006

Selon le dernier recensement de la population, 66,6 millions de personnes vivent en France au 1er janvier 2016. Entre 2006 et 2016, la population a augmenté de 3,2 millions de personnes. Cette hausse est en partie due au solde migratoire positif enregistré, qui concourt pour 18% à la croissance de la population.

Cette évolution se confirme en 2017. Le solde migratoire "provisoire" s’établit à +58 000 personnes, avec 370 000 arrivées en France contre 312 000 départs. D’après les statistiques de l’Insee, 70% des entrées sont constituées par des personnes immigrées. A l’inverse, les départs de France concernent davantage de "non-immigrés", à savoir "les personnes nées en France ou nées françaises à l’étranger et vivant en France". Celles-ci sont deux fois plus nombreuses à quitter le territoire qu’à rentrer d’expatriation ou à s’installer pour la première fois en France.

Parmi les nouveaux arrivants, une majorité est née en France ou ailleurs en Europe

Après une certaine stabilité entre 2006 et 2009, le nombre d’entrées en France a progressé de 2010 à 2017.

Parmi les immigrés arrivés en 2017, 36% sont nés en Afrique, 35% en Europe, 18% en Asie et 11% en Amérique ou en Océanie. Les personnes nées en France ou nées françaises à l’étranger représentent quant à elles 29% des entrées.

Ainsi, au total, plus de la moitié des nouveaux arrivants sont nés en France ou dans un autre pays européen ou Français à l’étranger. Ils représentent 200 000 des 370 000 arrivées estimées en 2017.

Mots clés :

Rechercher