Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

La préservation de la biodiversité, un sujet majeur pour la communauté internationale

le 7 mai 2019

A côté du changement climatique, la préservation de la biodiversité devient un nouvel axe de mobilisation de la communauté internationale face à l’extinction accélérée de nombreuses espèces.

Le G7 Environnement centré sur la biodiversité

Réunissant les ministres en charge de l’Environnement des pays du G7 (Canada, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, France et Japon) et de huit États conviés dont l’Inde, le Mexique, le Chili (qui accueillera la COP25 climat fin 2019), le Niger, le Gabon, l’Indonésie, le sommet s’est tenu à Metz les 5 et 6 mai 2019. Les travaux ont porté sur l’élaboration d’initiatives concrètes dans plusieurs domaines comme la protection des grands singes et des coraux. Une charte, socle des futures politiques publiques mais non contraignante, a été signée. Quatre grandes thématiques ont été abordées :

  • Inégalités et transition écologique juste : promouvoir des solutions concrètes sur les enjeux de biodiversité ou du climat dans le cadre de l’Agenda 2030 des Nations unies en faveur du développement ;
  • Alertes scientifiques et mobilisation internationale sur la biodiversité et le climat : mettre les expertise des chercheurs au centre des débats internationaux et rehausser la place accordée à la question de l’érosion de la biodiversité sur la scène internationale d’ici à 2020 ;
  • Solutions concrètes pour le climat et la biodiversité : le changement climatique est la principale cause du déclin de la biodiversité. Des solutions concrètes pour répondre aux trois autres pressions – l’usage des terres (lutte contre la déforestation), les pollutions (gestion des déchets, plastiques, …) et la surexploitation (grands singes)– ont été explorées ;
  • Finance biodiversité : trouver des financements au service de la biodiversité au travers notamment de deux études réalisées par le Fonds mondial pour la nature (WWF) et par l’OCDE.

Le rapport de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

L’organisation du G7 Environnement a été adossée à la réunion plénière, à Paris, de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Celle-ci a rendu publique, le 6 mai 2019, sa première évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques.

Ce rapport souligne que la première crise d’extinction massive des animaux et des plantes depuis la disparition des dinosaures il y a environ 65 millions d’années est en cours. Pour l’IPBES, la question de la biodiversité doit être traitée, au niveau international, comme le changement climatique. L’évaluation établie par l’IPBES constitue l’un des documents de référence pour l’élaboration du futur cadre mondial pour la biodiversité post-2020.

A la suite de la publication du rapport de l’IPBES, le président de la République Emmanuel Macron a mis en évidence la nécessité de changer les modes de production pour préserver la biodiversité, de parvenir à recycler 100% des plastiques d’ici 2025 et de lutter contre l’artificialisation des sols et contre le gaspillage alimentaire.

Mots clés :

Rechercher