Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Présidence française du G7 : préparation du sommet final de Biarritz

le 12 avril 2019

La France assure en 2019 la présidence tournante du "groupe des sept", plus communément appelé G7. Pour préparer le sommet final qui se tiendra à Biarritz fin août 2019, plusieurs réunions sont programmées. La dernière en date a réuni les ministres des affaires étrangères.

Qu’est-ce que le G7 ? Quelle est la priorité française ?

Le G7 est un forum de discussion regroupant les 7 pays les plus industrialisés du monde : l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. L’Union européenne, membre "non énuméré", est associée à tous ses travaux.

Tous les ans, le G7 se réunit sous la présidence d’un des pays membres, qui définit les grandes orientations en vue de mieux réguler la mondialisation. Le forum se conclut par un sommet des chefs d’État et de gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. qui adoptent des déclarations communes sur les grands enjeux globaux (économie, paix, éducation, santé, climat, etc.).

En 2019, la présidence est assurée par la France qui a fixé pour priorité la lutte contre les inégalités au niveau mondial.

Plusieurs rencontres, notamment entre les ministres des 7 (finances, environnement, santé, etc.), sont programmées à Paris et dans les régions pour préparer le sommet de Biarritz. La dernière a réuni les ministres des affaires étrangères.

La réunion "affaires étrangères" des 5 et 6 avril 2019 à Dinard

Les chefs de la diplomatie des 7 se sont retrouvés à Dinard et à Saint-Malo (Bretagne) pour deux jours de session de travail, dans le but "de prendre des engagements concrets pour lutter contre les inégalités, réduire les menaces et renforcer la démocratie". Une session spécifique a porté sur l’Afrique, continent avec lequel la France souhaite engager une "nouvelle alliance".

Les discussions ont abouti à un communiqué final commun. Deux sujets ont fait dissensus : la question du conflit israélo-palestinien et les relations à adopter avec l’Iran.

Trois déclarations ont également été adoptées, portant sur :

  • l’institution d’un partenariat pour une stratégie globale de lutte contre les trafics illicites de migrants, de drogues et d’armes dans la région du Sahel où opèrent divers réseaux criminels et terroristes ;
  • les femmes, la paix et la sécurité, avec notamment l’engagement de prévenir les violences sexuelles dans les conflits et de renforcer la participation des femmes aux processus de paix ;
  • la responsabilité des États dans le cyberespace par la création d’un mécanisme d’autorégulation et de partage de bonnes pratiques afin de promouvoir un environnement numérique "ouvert, sûr, stable, accessible et pacifique pour tous".

Mots clés :

Rechercher