Doc en poche : l'actualité décryptée au format poche
Imprimer

Travail le dimanche : quel bilan en 2018 ?

le 10 juillet 2019

Presque quatre ans après la loi Macron qui a assoupli les règles du travail dominical, la part des actifs travaillant le dimanche est restée stable en 2018.

1 Français sur 5 travaille au moins un dimanche par mois

En 2018, 21% des personnes en emploi ont travaillé au moins un dimanche par mois, selon une récente étude de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques). On compte environ 5,7 millions de travailleurs dominicaux.

En très légère hausse depuis 2013 (+0,8%), cette part de travailleurs le dimanche est restée relativement stable depuis l’adoption de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques en août 2015 (21,1% en 2016). Cette "loi Macron" avait notamment autorisé l’ouverture dominicale jusqu’à 12 dimanches par an (contre 5 avant la loi).

Ce sont les jeunes qui sont les plus concernés par le travail dominical (22,7% des 15-29 ans). Les femmes sont également un peu plus nombreuses que les hommes à travailler au moins un dimanche par mois (21,2%, contre 20,8%).

7 agriculteurs sur 10 travaillent le dimanche

Les non-salariés (commerçants, artisans ou professionnels libéraux) sont 36,7% à déclarer avoir travaillé au moins un dimanche par mois en 2018, contre 18,9% pour les salariés. Ces actifs sont surtout des salariés de l’État (28,9%) ou des salariés en contrat à durée déterminée (24,5%). A noter que le travail dominical est plus fréquent dans les hôpitaux publics (49,8%) et les services de l’État (33,5%) que dans le secteur privé (16%) et les collectivités locales (12,9%).

L’agriculture est le premier secteur concerné (49,1%). 70,3% des agriculteurs déclarent travailler le dimanche. Dans le secteur tertiaire, c’est l’hébergement social et médico-social (54,1%), l’hôtellerie-restauration (49,1%) et les arts, spectacles et activités récréatives (41,1%) qui concentrent l’activité le dimanche. La construction est le secteur le moins exposé (5,6%).

Rechercher