Déclaration de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants, sur l'hommage rendu aux soldats canadiens tués lors du débarquement allié du 6 juin 1944, à Bény-Reviers le 30 octobre 2005.

Intervenant(s) :

Circonstance : Cérémonie du souvenir au cimetière canadien de Bény-Reviers (Calvados), le 30 octobre 2005

Prononcé le

Texte intégral

Sous nos pieds reposent les corps de 2049 soldats canadiens morts en Normandie pour la liberté du monde.
Ils ont traversé l'Atlantique, laissé leur famille, leurs amis, ils ont sacrifié leur jeunesse pour libérer l'Europe du joug nazi.
Devant l'alignement des tombes de ces jeunes soldats, nous mesurons les sacrifices consentis par le Canada pendant la Seconde Guerre Mondiale et particulièrement durant les opérations du débarquement en Normandie.
Ces 2049 jeunes gens faisaient partie des 14 000 soldats de la 3ème division d'infanterie canadienne du général KELLER qui ont débarqué le 6 juin 1944 à JUNO BEACH.
Le 6 après-midi, ils libèrent BENY-sur-MER ; le 9 juillet, ils participent à la libération de CAEN.
Parmi ces soldats canadiens, beaucoup sont tombés sur cette terre d'Europe qui avait vu naître leurs ancêtres, quelques générations auparavant.
Leur mort semble, dès lors, refermer un long chapitre d'Histoire où le sacrifice des uns répondrait au grand départ des autres.
Mais, parmi ces soldats, nombreux sont aussi les Autochtones qui ont quitté le sol de leurs ancêtres pour venir mourir sur une terre qu'ils ne connaissaient pas, dont leurs lointains aïeuls ignoraient jusqu'à l'existence.
Les sacrifices de ces combattants, qu'ils soient Indiens, Inuit ou métis, revêtent, dès lors, une résonance particulière.
Outre l'extrême dureté des combats, le poids de l'éloignement, ces soldats ont dû surmonter des défis culturels considérables.
Leur courage n'en est que plus digne d'éloges.
Ils étaient 3000 Autochtones inscrits, volontaires pour participer aux combats en Europe.
Sans doute étaient-ils en réalité beaucoup plus nombreux.
Comme leurs parents sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale, ils étaient de tous les rendez-vous : Dieppe, l'Italie, la Normandie, le Rhin, les Pays-Bas
Je voudrais, aujourd'hui, au nom du Gouvernement français, rendre hommage à ces Autochtones, venus des régions les plus reculées du Canada pour servir la cause de la liberté et de la démocratie.
La France est éternellement reconnaissante au Canada et à ses fils amérindiens, Inuit et Métis, à tous ses enfants morts pour sa liberté.
La France se souvient.

(Source http://www.defense.gouv.fr, le 10 novembre 2005)