Déclaration de Mme Valérie Létard, secrétaire d'Etat au développement durable, sur les grandes orientations du plan de mobilisation des filières et des territoires issu du Grenelle Environnement et sur le développement des métiers liés à la "croissance verte", à Paris le 28 septembre 2010.

Intervenant(s) :

Circonstance : Présentation de l'ouvrage "Croissance verte : zoom sur 50 métiers", édité par la Documentation française, à Paris le 28 septembre 2010

Prononcé le

Temps de lecture 11 minutes

Texte intégral

Merci à toutes et à tous de votre présence. Je remercie aussi Monsieur Patier
d'être à mes côtés ce matin. M. Patier est directeur de l'information légale et
administrative et donc directeur de la Documentation Française. Je souhaite
vous remercier pour ce partenariat et féliciter vos équipes pour la qualité de
leur travail et leur implication : publier dans un délai relativement bref, un
ouvrage aussi complet et aussi fourni au plan technique était un pari qui n'était
pas gagné d'avance !
Pour nous aujourd'hui, il ne s'agit pas seulement de la publication d'un guide
lambda issu d'une production interne, mais bien d'une nouvelle avancée de
notre plan des métiers de la croissance verte faite en coopération avec les
meilleurs professionnels des 11 secteurs de notre économie impactés par les
Grenelle et la croissance verte.
C'est en effet la première fois que ce ministère s'engage dans la publication
d'un ouvrage portant sur ces métiers en pleine mutation.
C'est donc une prise de risque que de « figer » par l'écriture une situation à
géométrie variable évoluant à la vitesse grand « V » au rythme des
innovations et des effets du Grenelle.
Mais c'est également un risque parfaitement calculé qui nous permet de sortir
ce pan d'activité de la nébuleuse où il se trouve encore trop souvent faute
d'informations précises, nébuleuse qui le dessert et qui vient conforter le
doute chez ceux qui ne croient qu'à moitié aux vertus réelles de la croissance
verte.
Désormais ces métiers « verts » ou « verdissants » ont leur ouvrage de
référence qui vient s'inscrire comme un des éléments constitutifs du plan des
métiers que je porte auprès de Jean Louis Borloo depuis mon arrivée à ce
ministère.
Lancé en janvier dernier avec l'appui de nos 11 comités de filière -je salue
d'ailleurs certains de leurs présidents ici présents ou représentés- ce plan
contient un certain nombre de mesures qualitatives et quantitatives.
Notre « zoom » entre très précisément dans le cadre du programme 2
touchant à la promotion des métiers de la croissance verte, à l'information et à
la sensibilisation des prescripteurs de l'orientation, de l'emploi et de la
formation, mais également des professionnels et du grand public.
Nos partenaires avaient qualifié « la promotion » de point de « très sensible »
expliquant que « les métiers de la croissance verte n'attireront de nouveaux
professionnels que s'ils sont connus, lisibles et identifiables ».
Par ailleurs, nos partenaires avaient également soulevé « que nombre de
filières misaient sur un renversement d'image des métiers de secteurs perçus
comme « technologiquement dépassés », « vieux », « pollueurs », en secteurs
porteurs. Ce renversement d'image ayant pour conséquence d'attirer de
nouveaux publics en particulier les jeunes, ou les actifs en reconversion, en
valorisant, également, les possibilités de carrière et de promotion sociale ».
Certaines filières escomptaient également « une féminisation de leurs
recrutements grâce à cette image de modernité et d'engagement durable par
exemple dans le bâtiment, les métiers de l'électromécanique et de l'électricité
ou encore la chimie verte ».
Nous avions donc principalement convenu que nos actions de promotion
auraient pour objectifs :
- D'informer et de sensibiliser les personnes en recherche d'emploi, et tout
particulièrement les jeunes, pour favoriser leur orientation vers les métiers de
la croissance verte.
- D'actualiser les connaissances des prescripteurs de l'orientation de l'emploi
et de la formation, sur la réalité des compétences et des métiers de la
croissance verte ainsi que de leurs évolutions.
- D'associer largement le secteur de l'économie sociale à notre travail et aux
débouchés possibles afin de valoriser les personnes en insertion sociale et
professionnelle.
Le contenu de ce zoom correspond à l'ensemble des objectifs que je viens de
citer.
Quelques mots sur le titre d'abord « Croissance verte : zoom sur 50 métiers »
:
Nous avons choisi le terme de « Zoom » pour faire un arrêt sur image précis
sur une 50 aine de métiers, sélectionnés en lien avec nos présidents de comités
de filières comme étant des métiers d'avenir et pour certains, déjà en tension.
Autre choix éditorial, celui de présenter les « métiers » et non plus les «
filières » de la croissance verte afin de gagner de la lisibilité auprès du grand
public.
Bien d'autres métiers auraient pu figurer dans cet ouvrage. Notre zoom n'est
donc pas un palmarès, ni une liste exhaustive de tous les métiers existants de
l'économie verte. Il a en fait pour objectif d'illustrer la diversité des carrières
possibles et la variété des niveaux de formation permettant de s'engager dans
les parcours proposés. Il nous montre aussi et surtout que les métiers de la
croissance verte, c'est une réalité.
A l'instar du plan des métiers de la croissance verte notre ouvrage reprend 11
filières créatrices d'emplois (agriculture et forêts, automobile, bâtiment,
biodiversité, eau, électromécanique, énergies renouvelables, métiers de la
mer, raffinage, transports, tourisme) et propose systématiquement des
métiers en cours de développement à l'intérieur chacune de ces filières.
Nous avons souhaité que chaque présentation de métier soit mise en relation
avec le Grenelle Environnement afin d'expliquer la manière dont il est
impacté.
Vous y trouverez des métiers considérés comme « nouveaux » : Je pense aux
thermiciens dans le secteur du bâtiment, aux contrôleurs en agriculture
biologique, aux animateurs généralistes en éducation à l'environnement dans
le secteur de la biodiversité, aux développeurs de projets dans le secteur des
énergies renouvelables, ou encore des conseillers en développement durable
dans plusieurs secteurs.
Vous y trouverez également des exemples de métiers existants amenés à se
"verdir" : vous pourrez ainsi évaluer de quelle manière les Grenelle impactent
le chauffeur - livreur, le poseur en isolation thermique, le Marin pêcheur ou le
responsable de plateforme logistique.
Outre les métiers et leurs compétences que faut-il retenir de l'offre de
formation que nous avons recensée ?
- Que l'offre de formation existe ;
- Qu'elle est accessible à tous les niveaux de qualification : du CAP aux
masters et diplômes d'ingénieurs ;
- Que les acteurs de la formation professionnelle (organismes de formation,
OPCA,) ne sont plus dans l'expectative ou dans le questionnement : Ils
adaptent leur offre de formation par métiers aux évolutions liées au
développement durable.
Que faut-il retenir en matière de salaire ?
Les échelles de rémunérations des métiers liés à la croissance verte
fonctionnent selon les mêmes paramètres que le marché du travail : La
plupart des emplois commencent au SMIC.
En revanche, ce qui est remarquable, c'est que sur ces métiers émergents, les
parcours peuvent être beaucoup plus accélérés et amener rapidement des
prises de responsabilités importantes assorties de progressions de
rémunération : c'est le cas par exemple :
- de l'agent de déchetterie qui démarre au SMIC en début de carrière mais qui
dispose de perspectives d'évolutions très intéressantes, par exemple gestion
d'un centre de tri, en partant de formations initiales modestes.
- du Technicien supérieur en génie écologique qui perçoit 18 à 30 000euros selon
son expérience et la taille de la structure dans laquelle il travaille. Ce niveau de
rémunération devrait augmenter dans les années à venir, à la faveur de la
professionnalisation de la filière et de la reconnaissance de la valeur ajoutée du
Génie écologique.
Dernier élément relatif au choix éditorial, nous n'avons pas chiffré le potentiel
d'emplois correspondant à chaque métier. Nous ne l'avons pas fait car cela est
techniquement impossible.
On connaît tous la tendance générale [c'est-à-dire les 600 000 emplois crées
ou maintenus à l'horizon 2020]. Mais ces 600 000 seraient une estimation
basse si l'on se réfère aux rapports des comités de filières et à celui de Syndex
Alpha qui estime le potentiel de la Croissance Verte à 900 000 emplois !
Vous l'aurez compris, ces chiffres sont en tout état de cause encourageant mais
à géométrie variable. D'ailleurs, attendre de connaître le nombre exact
d'emplois pour agir est une perte de temps. Car nous, pouvoirs publics, avons
le devoir d'accompagner dès aujourd'hui les salariés dans la mutation de leurs
compétences pour être au rendez vous de l'emploi.
Et quelque soit le chiffre final, on mesure la bouffée d'oxygène que ces emplois
représentent à l'heure où le gouvernement espère pouvoir passer notre taux
de chômage sous la barre des 9% d'ici 2012 en donnant la priorité à l'emploi
des jeunes par le biais de l'alternance et de la formation professionnelle.
Nous avons abordé l'ensemble des questions éditoriales il me reste à vous dire
quelques mots sur la distribution de l'ouvrage : Notre zoom sera vendu au prix
de 12 euros un prix destiné à le rendre le plus accessible possible.
Conformément aux objectifs du programme 2 du plan des métiers, nous avons
choisi d'associer et de mobiliser nos partenaires privilégiés de l'emploi en
fournissant près de 5000 exemplaires aux agences de Pôle Emploi, aux
Centres de formation Afpa, chambres des métiers, chambres de commerce et
d'industrie, aux centres d'information et de documentation jeunesse, Centres
d'information et de conseil d'orientation, Maisons de l'emploi, les missions
locales, PAIO, PLIE, FONGECIF
11 000 exemplaires seront acheminés vers les réseaux de distribution
classiques et nous sommes prêts à envisager une nouvelle édition pour
répondre aux nouvelles attentes qui ne manqueront pas de se présenter.
Nous sommes confiants. Nous savons que ce livre sera lu car il correspond aux
attentes du grand public soucieux de bénéficier de données expertisées mais
aussi pédagogiques.
J'en veux pour preuve le soutien que la Fnac nous a déjà accordé en
s'engageant à promouvoir notre ouvrage dans ses 80 magasins et sur son site
internet Fnac.com. Je remercie Christophe Cuvillier de cet appui qui ne vient
que souligner l'engagement de la Fnac en faveur d'une politique de
Responsabilité Sociale et Environnementale volontariste.
Avant de donner la parole à M. Patier et de laisser place à vos questions, je
souhaite faire un point d'avancement sur le plan des métiers en général depuis
son lancement en janvier dernier.
Comme je l'indiquais à l'instant, ce zoom fait partie intégrante du plan des
métiers dont la mise en oeuvre se poursuit dans le cadre du comité de pilotage
dont je tiens à souligner la qualité des travaux.
Sur le plan national, outre ce zoom, nous avons mis en place un observatoire
national des métiers et préparons des conventions avec Pôle emploi, l'AFPA
ainsi qu'EDF.
Dans le domaine du bâtiment, Jean-Louis Borloo a signé la convention Feebat
avec la fédération française du bâtiment et avec les énergéticiens. Ce sont 120
000 professionnels du bâtiment qui seront formés aux économies d'énergie.
Au début de l'été, nous avons lancé une étude pour voir de quelle manière on
pourrait structurer la filière de la biodiversité et des services écologiques.
Nous sommes entrain d'adapter les programmes et les référentiels aux
nouvelles réalités des métiers par l'ensemble des ministères compétents
(Ministère de l'Education nationale, du Travail, de l'Agriculture...).
Au niveau des territoires, nous poursuivons la préparation des premières
expérimentations en lien avec les régions sur les filières correspondant le plus
à leurs besoins.
Comme vous le voyez le plan ne cesse d'évoluer à l'image des métiers qu'il
souhaite promouvoir et porter.
Merci encore à tous ceux qui ont contribué à la rédaction du zoom aux
présidents de comité, à l'Ademe, à Pôle emploi, aux entreprises (Suez, Réseau
Ferré de France, Guerlain) à Marc Labernadière rédacteur discret et tenace
dont l'été fut plus vert que jamais (60 jours de travail continu au profit du
zoom !) et à la Documentation Française qui fit preuve de passion et de
professionnalisme à la fois.
Si les métiers verts sont l'empreinte de ce ministère, ils sont aussi au coeur
des priorités de l'Union Européenne et c'est ce message que je développerai
demain dans le cadre de la conférence organisée par la présidence belge sur le
thème « Promouvoir les emplois verts : un levier majeur et indispensable pour
une transition réussie vers une économie bas carbone et durable ».
Je vous remercie.Source http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 29 septembre 2010