Interview de M. Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, à Europe 1 le 1er mars 2012, sur une proposition de loi visant à étendre à champ d'application des interdictions de territoire aux étrangers qui commettent certains crimes, la mise en examen de policiers dans l'affaire Neyret et la campagne pour l'élection présidentielle de 2012.

Texte intégral

BRUCE TOUSSAINT Vous avez un rendez-vous important, tiens, aujourd’hui, vous avez la première réunion du comité de campagne.
 
CLAUDE GUEANT Oui, c’est vrai.
 
BRUCE TOUSSAINT De Nicolas SARKOZY.
 
CLAUDE GUEANT Tout à l’heure.
 
BRUCE TOUSSAINT C’est tout à l’heure.
 
CLAUDE GUEANT A 9 h 15, oui.
 
BRUCE TOUSSAINT Belle brochette, hein ! François FILLON, Bernard ACCOYER, Christian JACOB, Alain JUPPE, Jean-Pierre RAFFARIN, Jean-François COPE, Bruno LE MAIRE, vous-même.
 
CLAUDE GUEANT Et quelques autres puisque le comité de campagne compte une trentaine de membres.
 
BRUCE TOUSSAINT L’idée c’est quoi ? C’est de resserrer les boulons ?
 
CLAUDE GUEANT D’organiser la campagne.
 
BRUCE TOUSSAINT On va en parler dans quelques instants.
 
CLAUDE GUEANT Il faut que tout le monde s’y mette de façon cohérente. Et pour ça, il faut qu’on en parle.
 
BRUCE TOUSSAINT A 52 jours du premier tour. On va en parler évidemment de cette campagne présidentielle, et on va aussi parler de ce mariage, alors forcé ou pas, en tout cas il existe maintenant ce mariage, il est officiel, entre PEUGEOT CITROEN et GENERAL MOTORS. C’est juste après cette petite pause. A tout de suite. (…/…) Claude GUEANT est donc avec nous ce matin sur EUROPE 1 pour commenter l’actualité, notamment l’alliance PSA / GENERAL MOTORS qui se concrétise. Dans la pratique, c’est bien une opération de sauvetage, il faut bien le dire, du constructeur français par le n° 1 mondial du secteur qui est organisée et qui va injecter, ce n° 1 mondial, de l’argent frais, 7 % du capital exactement. L’Amérique va-t-elle sauver une partie de notre industrie automobile ? C’est le fait du jour d’Europe 1 matin. (…/…) Claude GUEANT, pas facile le made in France. C’est l’un des grands sujets de cette campagne présidentielle, et on se rend compte que, voilà, malgré la puissance de certains groupes, encore une fois PEUGEOT CITROEN c’est énorme en France, on n’y arrive pas.
 
CLAUDE GUEANT Je crois qu’il faut voir dans ce rapprochement un signe d’espoir et un gros potentiel. On a toujours tendance à voir les choses du côté pessimiste. Nous avons PEUGEOT, PSA qui a des difficultés. La branche de GENERAL MOTORS en Europe, comme le soulignait monsieur JULLIEN, OPEL, ne va pas très bien non plus. Ils vont créer une filiale commune pour rationaliser leurs achats, acheter ensemble les matières premières, les pièces détachées. Ils vont utiliser des plateformes communes, développer des moteurs communs, prévoir des projets de construction de véhicules à l’étranger. On parle en particulier de petits modèles en Inde. Tout cela, je trouve, est source d’espoir parce que si on produit moins cher, ça veut dire qu’on vend plus, et par conséquent c’est bon pour l’emploi.
 
BRUCE TOUSSAINT Merci en tout cas à Bernard JULLIEN.
 
BERNARD JULLIEN Merci.
 
BRUCE TOUSSAINT Merci d’être venu nous parler ce matin de cette alliance entre PSA et GENERAL MOTORS. Claude GUEANT que s’est-il passé plus précisément dans la nuit de mardi à mercredi, dans le 16e arrondissement, cette agression dont ont été victimes Arnaud MONTEBOURG et sa compagne, la journaliste Audrey PULVAR ? Il y a des plaintes qui ont été déposées. Est-ce que vous avez des informations à nous donner ce matin sur l’enquête ?
 
CLAUDE GUEANT Je n’en sais, malheureusement, Bruce TOUSSAINT, pas plus à ce stade que ce que vous en avez déjà dit, ce qu’on a dit la presse en général. Ce qui s’est passé est absolument odieux, et je condamne ces évènements avec la plus grande force. La police évidemment mettra tout en oeuvre pour retrouver les auteurs.
 
BRUCE TOUSSAINT Pour l’instant, il n’y a pas eu d’interpellation ?
 
CLAUDE GUEANT Pour l’instant, il n’y a pas eu d’interpellation, mais les services travaillent, et j’espère bien qu’ils y arriveront, parce que ce qui s’est passé est inacceptable. Je dois dire qu’émettre aujourd’hui à Paris des slogans de caractère raciste, des slogans de caractère antisémite, selon ce que monsieur MONTEBOURG et madame PULVAR ont rapporté, c’est insupportable.
 
BRUCE TOUSSAINT On a l’impression que ce sont des personnes qui sont liées à une mouvance, liée au PSG notamment. On sait qu’il y a eu beaucoup de problèmes.
 
CLAUDE GUEANT Ca, je ne…
 
BRUCE TOUSSAINT Est-ce que ce sont des personnes qui sont du Front national ou proches du Front national ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, je vous ai indiqué que l’enquête n’avait pas permis d’interpellation. Par conséquent, je me garderai bien de tirer des conclusions hâtives.
 
BRUCE TOUSSAINT En tout cas, vous, vous aviez, avant même cet incident, d’une certaine façon qualifié le Front national de certains actes nationalistes, socialistes, ce sont les mots que vous avez utilisés, repli sur soi. Ca vous conforte dans votre idée ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, à l’égard du Front national, je voudrais dire une chose, c’est qu’il y a beaucoup de Français, un certain nombre de Français, qui sont tentés par le Front national parce qu’ils sont déçus des partis traditionnels. Ils ont des attentes qui n’ont pas été satisfaites, ni par le parti socialiste dans le passé, ni par la majorité plus récemment. Et, je crois qu’il convient de répondre à leurs attentes, mais en même temps il faut leur dire la vérité sur ce qu’est la programme et la crédibilité du Front national, et ce que je m’efforce de faire. Dans les domaines de la compétence, par exemple en matière de sécurité, madame LE PEN ne fait aucune proposition, mis à part qu’elle propose 40 000 places de prison supplémentaires alors que nous venons de lancer un programme de 30 000 ; en matière de maîtrise des flux migratoires, elle ne propose rien qui soit réaliste. Et en matière économique, en matière économique, il faut savoir qu’à la différence du programme de Jean-Marie LE PEN jadis, le programme de madame LE PEN d’aujourd’hui est un programme qui est très interventionniste, très étatiste, et à certains égards socialiste, par conséquent. Il n’y a aucune raison de nationaliser toutes les entreprises françaises de l’énergie.
 
BRUCE TOUSSAINT C’est pour parler, j’allais dire pour draguer ces électeurs du Front national qu’une proposition de loi est débattue aujourd’hui à l’Assemblée ? Je l’explique, il s’agit de pouvoir expulser et surtout interdire de territoire les étrangers qui commettent certains crimes pour lesquels justement l’interdiction de territoire n’est pas prévue par la loi.
 
CLAUDE GUEANT L’intention n’est pas politique, l’intention c’est d’être efficace.
 
BRUCE TOUSSAINT A 50 jours du premier tour d’une présidentielle, tout est politique, Claude GUEANT.
 
CLAUDE GUEANT Tout est interprété de façon politique. Ceci dit, mon job c’est d’essayer de produire de la sécurité, et dans la continuation de mon prédécesseur, et notamment du président de la République lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. Je rappelle que l’année dernière, en France, il ya eu 680 000 actes de délinquance et de criminalité de moins que dix ans plus tôt. Ca, c’est des résultats.
 
BRUCE TOUSSAINT Ca vise qui précisément ?
 
CLAUDE GUEANT Cette proposition part d’un constat. Il y a en France à peu près 5,8 % d’étrangers dans la population totale. Or, selon les statistiques du Ministère de la Justice, en 2010 il y avait 13,3 % d’étrangers parmi les personnes définitivement condamnées. Nous avons donc clairement une surreprésentation de la délinquance étrangère. Et j’en tire les conséquences avec un certain nombre de parlementaires puisqu’il s’agit d’une proposition de loi. La proposition c’est que la condamnation soit assortie d’une interdiction du territoire, c’est-à-dire d’une expulsion, pour parler clair, pour les étrangers résidant en France depuis moins de trois ans, donc n’ayant pas d’attache avec notre pays, et sauf exception que le juge peut apprécier, bien évidemment, et qui sont passibles de peine d’un minimum de cinq ans.
 
BRUCE TOUSSAINT Pour être encore plus concret, ça concerne par exemple les cambriolages ?
 
CLAUDE GUEANT Par exemple, ça concerne les cambriolages, les escroqueries.
 
BRUCE TOUSSAINT Donc, ça concerne…
 
CLAUDE GUEANT …les violences avec armes, tout ça.
 
BRUCE TOUSSAINT Ca concerne une certaine catégorie d’étrangers ?
 
CLAUDE GUEANT Ca concerne tous les étrangers qui commettent des actes de délinquance de ce type-là, c’est-à-dire des actes de délinquance passibles d’une peine de prison supérieure à cinq ans, ce qui n’est quand même pas mal, si vous me permettez.
 
BRUCE TOUSSAINT Ce n’est pas une façon de stigmatiser les populations d’Europe Centrale, d’Europe de l’Est ?
 
CLAUDE GUEANT C’est pour tout le monde. Alors, cela étant, puisque vous évoquer la question de la stigmatisation, j’ai eu l’occasion de dire, ça aussi ce sont des statistiques judiciaires, qu’à Paris nous avions 10 % des déferrements à la justice qui concernaient des personnes de nationalité roumaine. Ce n’est pas stigmatiser que de le dire, c’est simplement identifier un problème, et en identifiant un problème on se donne les moyens de le résoudre, parce que si on ne sait pas que la population délinquante à Paris est d’abord roumaine, on ne peut pas nouer avec la Roumanie des actes de coopération pour mettre à bas les mafias qui se sont constituées.
 
BRUCE TOUSSAINT Claude GUEANT, vous êtes ministre de l’Intérieur. On a l’habitude de dire que le ministre de l’Intérieur est le premier flic de France. Quatre policiers mis en examen dans l’affaire Neyret, vous savez l’affaire de ce n° 2 de la PJ lyonnaise, quatre policiers mis en examen vont pouvoir à nouveau exercer leur métier. Est-ce que c’est normal ?
 
CLAUDE GUEANT Ecoutez, c’est une décision du juge, et dans un pays comme le nôtre nous appliquons les décisions de la justice.
 
BRUCE TOUSSAINT Il y a la justice et puis il y a la morale.
 
CLAUDE GUEANT J’avais eu l’occasion moi-même de remarquer lorsque j’étais allé à Lyon pour rencontrer les effectifs de la Direction de la police judiciaire qui étaient traumatisés par cette affaire, bien sûr, parce que c’est toujours dur pour des policiers de constater que l’un des leurs franchi la ligne jaune alors qu’ils sont chargés de faire respecter la loi. J’avais eu l’occasion de dire qu’il y avait monsieur NEYRET, et puis il y en avait d’autres qui étaient ses collaborateurs, qui avaient eu le sentiment d’obéir à leur chef.
 
BRUCE TOUSSAINT Et ils sont mis en examen pour une affaire de drogue, et ils vont être réintégrés, ils vont exercer leur boulot de policier normalement ?
 
CLAUDE GUEANT Je dirais qu’au-delà de tout…
 
BRUCE TOUSSAINT … ce n’est pas facile, reconnaissez-le !
 
CLAUDE GUEANT Non, mais, au-delà de tout, institutionnellement, Bruce TOUSSAINT, il y a la question de savoir si dans un pays comme le nôtre on respecte les décisions de justice ou non. Nous respectons les décisions de justice. Il est clair que ces fonctionnaires ne peuvent pas reprendre leur activité dans le service où ils étaient affectés auparavant.
 
BRUCE TOUSSAINT Ah, donc ils vont être dans un autre service.
 
CLAUDE GUEANT Mais bien sûr !
 
BRUCE TOUSSAINT Ils vont être dans quoi ?
 
CLAUDE GUEANT Oh ben, il y a bien des services de police sur l’agglomération lyonnaise.
 
BRUCE TOUSSAINT Ils ne s’occuperont pas d’affaires de stupéfiants ?
 
CLAUDE GUEANT Ils se seront dans un autre service.
 
BRUCE TOUSSAINT Est-ce que vous serez au meeting de Bordeaux ce week-end, le fameux meeting au cours duquel Nicolas SARKOZY doit évoquer les questions de citoyenneté, d’immigration ?
 
CLAUDE GUEANT Effectivement, j’y serai.
 
BRUCE TOUSSAINT Ah, vous y serez, parce qu’il paraît que les ministres n’ont pas le droit d’aller aux meetings.
 
CLAUDE GUEANT Non, ce n’est pas vrai du tout ! D’ailleurs, les images que nous montre la télévision indiquent bien qu’un certain nombre d’entre eux sont présents.
 
BRUCE TOUSSAINT Donc, vous serez à Bordeaux.
 
CLAUDE GUEANT Mais je serai à Bordeaux, oui, bien sûr.
 
BRUCE TOUSSAINT Et vous serez donc tout à l’heure à cette première réunion du comité de campagne. C’est quoi l’idée, là, alors que les sondages pour le deuxième tour en tout cas montrent qu’il n’y a pas vraiment d’effet SARKOZY ?
 
CLAUDE GUEANT Les sondages, tous les spécialistes disent bien que les sondages pour le deuxième tour n’ont pas beaucoup de signification.
 
BRUCE TOUSSAINT Okay.
 
CLAUDE GUEANT Ce qui compte c’est le premier tour. Et pour le premier tour, il faut que Nicolas SARKOZY vire en tête. Un comité de campagne c’est simplement un rassemblement de responsables politiques qui agissent, font des meetings, font de la communication, participent à des émissions de radio, et il faut qu’ils se coordonnent, c’est ça.
 Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 6 mars 2012