Déclaration de Mme Roselyne Bachelot, ministre des solidarités et de la cohésion sociale, sur l'autisme et la prise en charge des personnes souffrant de troubles envahissants du développement, le 12 mars 2012.

Texte intégral


Je suis très heureuse de me trouver aujourd’hui parmi vous pour visiter cette superbe structure au service des jeunes autistes et de leurs parents.
C’est Richard Anconina qui a attiré mon attention sur votre remarquable travail et je l’en remercie chaleureusement.
Car je vois qu’il ne m’avait pas menti en me disant que votre structure était une formidable réussite.
Si j’ai tenu à venir à votre rencontre, c’est donc d’abord pour vous dire à la fois bravo et merci.
Depuis plus de dix ans, vous proposez ici des activités de loisirs et des séjours pour les enfants, adolescents et adultes avec un trouble envahissant du développement.
Ainsi, vous leur offrez une palette extrêmement diversifiée d’activités physiques, sportives et de loisirs adaptées à leur handicap tout en favorisant leur intégration en milieu ordinaire.
Ce faisant, vous ouvre également à leurs parents des temps de répit, et nous savons combien ils peuvent être nécessaires lorsque l’on s’occupe à plein temps d’un jeune autiste.
A cette plateforme multiservices que vous dirigez, chère Virginie Martin, chère Elsa Bouteloup, avec l’énergie que l’on connaît, je veux donc rendre un hommage appuyé.
Et, à tous les bénévoles de l’association, je veux adresser l’expression de ma sincère gratitude pour le dévouement et l’engagement dont ils font preuve quotidiennement.
Car nous avons besoin de structures innovantes comme celle-ci, qui fait pour moi figure de modèle.
Vous le savez, la prise en charge et l’accompagnement des personnes souffrant de troubles envahissants du développement constitue une priorité pour le Gouvernement.
Car, sur ce sujet, je dirais que nous avons une obligation de résultat pour répondre aux attentes des familles qui nous obligent.
Le Gouvernement a voulu, à travers le Plan Autisme 2008-2010, prendre le sujet à bras-le-corps, pour l’aborder enfin avec responsabilité, dans toutes ses dimensions, et ainsi apporter des réponses concrètes au désarroi des familles.
Vous le savez, ce plan représente un engagement financier très fort.
Plus de 200 millions d’euros y sont consacrés et le récent rapport de Valérie Létard a souligné qu’il avait permis des progrès sensibles.
Mais il faut aller encore plus loin.
D’ailleurs, le Premier ministre a choisi de faire de l’autisme la Grande cause nationale pour l’année 2012.
Il m’a également chargée d’élaborer un troisième plan autisme et je me suis déjà attelée à la tâche.
Dans deux jours – mercredi –, j’installerai le comité national sur l’autisme, en présence de Valérie Létard.
Dès le début du mois d’avril, je ferai des propositions concrètes au Premier ministre pour avancer encore.
Avancer encore : c’est précisément la raison pour laquelle, vous souhaitez ici vous développer.
Chère Virginie Martin, sachez que je vous ai bien entendue, que j’ai conscience de vos besoins pour mener à bien ce projet.
C’est pourquoi, pour vous y aider, j’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai décidé d’accorder à votre projet une enveloppe de 200 000 euros sur la réserve nationale.
D’ores et déjà, je demande au directeur général de l’ARS de poursuivre les travaux engagés avec vous pour affiner le montage, mais sachez que l’Etat est à vos côtés.
Rappelons-le : les personnes en situation de handicap ont le droit de faire pleinement partie de notre pacte républicain.
Faire progresser leurs droits, c’est en réalité faire progresser les droits de tous.
Alors, je me réjouis de pouvoir compter sur vous, de trouver en ce lieu exemplaire des femmes et des hommes exemplaires, qui contribuent à donner à notre pays un visage plus humain.
Source http://www.solidarite.gouv.fr, le 15 mars 2012