Interview de M. Gérard Longuet, ministre de la défense et des anciens combattants, avec LCI le 4 mai 2012, sur la campagne présidentielle entre les deux tours.

Texte intégral

JULIEN ARNAUD On a appris hier en fin de journée que François BAYROU allait voter à titre personnel pour François HOLLANDE, comment vous expliquez ce choix ?
 
GERARD LONGUET Triste fin pour un homme seul ! Il a perdu la moitié de ses voix au premier tour, c’est pour lui une très cruelle déception, le sentiment de pouvoir être le sauveur suprême contre les deux forces principales ne lui a pas réussi et il part sur la pointe des pieds en espérant peut-être – je ne le crois pas, je n’ose pas le penser – se rallier le moment venu à François HOLLANDE pour récupérer quelque chose de personnelle.
 
JULIEN ARNAUD Et vous pensez que ça peut être un calcul politique ?
 
GERARD LONGUET C’est, ou personnel et ce n’est pas bien, ou politique et c’est pire encore, dans les deux cas ce n’est pas bon…
 
JULIEN ARNAUD Oui ! Oui. Et c’est le…
 
GERARD LONGUET C’est personnel et ce n’est pas bon.
 
JULIEN ARNAUD C’est personnel et ce n’est pas bon. Vous pensez que c’est un homme aigri ?
 
GERARD LONGUET Oui !
 
JULIEN ARNAUD Vous l’aviez soutenu en 2002, qu’est-ce qui explique cette…
 
GERARD LONGUET Je l’avais soutenu en 2002 parce que j’avais aimé son indépendance et en 2002 il n’y avait pas eu de deuxième tour, souvenez-vous, parce que c’était LE PEN – CHIRAC et donc il n’y avait pas d’ambiguïté possible. En 2007 il n’a pas su gérer une très belle situation de premier tour, il aurait fallu choisir et il aurait pu en 2007 créer en quelque sorte le deuxième pôle d’une majorité élargie, il n’a pas voulu le faire, il a été abandonné par ses électeurs, et aujourd’hui il est abandonné par lui-même dans une solitude attristante.
 
JULIEN ARNAUD Quand on l’a bien écouté hier, on a cru comprendre que c’était un petit peu à cause de vous, Gérard LONGUET, qu’il avait fait ce choix, parce qu’il a parlé de course poursuite avec le Front National et il y avait sans doute une allusion à l’interview que vous avez donnée à Minute, vous vous êtes senti un peu visé ?
 
GERARD LONGUET Pas du tout ! Pas du tout. Parce que je pense que, si François BAYROU, qui sait lire, a lu mon interview, il a dit : « je pense exactement le contraire, je constate et je m’en réjouis qu’il n’y a pas eu de provocation de Marine LE PEN à l’image de celle de son père sur la deuxième guerre mondiale en particulier », c’est plutôt inquiétant, parce que ça donne en effet plus de liberté au Front National pour que ses électeurs soient moins choqués, lorsque Jean-Marie LE PEN jalonnait ses interventions de provocations il créait lui-même le cordon sanitaire.
 
JULIEN ARNAUD Donc elle est plus inquiétante que son père, c’est ça que vous nous dites ce matin ?
 
GERARD LONGUET Et elle peut jouer un rôle politique plus important et c’est sur ce risque que j’ai attiré l’attention. Bon ! Il se trouve quand vous parlez du Front National dans ce pays, vous avez l’immense armée des bienpensants qui réfléchissent peu, qui disent : « Hou ! Là c’est affreux, il en parle ». Non ! Parlons-en, réfléchissons, pourquoi 18% des Français en moyenne, pourquoi – HOLLANDE était à Forbach, je crois que c’est 27%, les Forbachois ont voté Marine LE PEN – j’ai le droit quand même de réfléchir, non ?
 
JULIEN ARNAUD Oui ! Mais vous êtes aussi quelqu’un d’expérience, vous savez très bien que donner une interview à Minute dans l’entre deux tours, alors qu’il y a un début de polémique…
 
GERARD LONGUET Mais…
 
JULIEN ARNAUD Sur une campagne droitière du…
 
GERARD LONGUET Et pourquoi ? Il y a des journaux auxquels on n’a pas le droit de parler ? Moi je parle à LCI, mais, si Minute m’invite et si - je ne sais pas moi – la Tribune 36 me demande de parler, je le dirais, il se trouve que Minute m’invite en me disant : « nous, nous prenons partie contre François HOLLANDE ». Je réponds à leurs questions et quand on lit le texte mes questions sont très claires, je pense qu’il n’y a qu’une seule majorité possible en France pour gouverner sérieusement, c’est le Centre et la Droite, parce que c’est une petite majorité mais c’est la plus cohérente.
 
JULIEN ARNAUD Oui ! Ca veut dire que Minute, pour vous, est un journal comme les autres, tout comme le Front National est un parti comme les autres ?
 
GERARD LONGUET Ca veut dire que Minute est un journal d’expression et qu’on s’exprimer dans un journal sans en partager les convictions. Le Front National…
 
JULIEN ARNAUD Mais sur le parti, le Front National c’est un parti comme les autres ?
 
GERARD LONGUET C’est un parti différent par ses prises de position mais son leader aujourd‘hui n’a pas les provocations de son leader d’hier.
 
JULIEN ARNAUD Et vous dites que c’est un interlocuteur qui n’est pas disqualifié…
 
GERARD LONGUET Je dis je constate....
 
JULIEN ARNAUD C’est ça votre expression ?
 
GERARD LONGUET Je constate que…
 
JULIEN ARNAUD Et notamment qu’il n’est pas disqualifié…
 
GERARD LONGUET Je constate que cinq cents maires ont donné leur caution…
 
JULIEN ARNAUD Pour Jacques CHEMINADE aussi !
 
GERARD LONGUET Que le Conseil constitutionnel n’a pas récusé sa candidature et qu’il y a par conséquent une situation de droit que politiquement je ne partage pas, je ne pense pas que l’on puisse gouverner avec des gens qui veulent des choses trop singulières…
 
JULIEN ARNAUD Oui !
 
GERARD LONGUET Mais il se trouve que le personnage est installé dans la vie politique française et il serait bon que l’on comprenne pourquoi, comment et jusqu’où, on a le droit de réfléchir dans ce pays.
 
JULIEN ARNAUD Mais… Certes ! Mais l’expression que vous avez employée…
 
GERARD LONGUET On a le droit de réfléchir dans ce pays, sauf si on décide une bonne fois pour toutes qu’un certain nombre de Français n’ont pas le droit, à participer à la vie, on a le devoir de comprendre pourquoi d’une façon durable un nombre significatif de Français se situent dans une forme d’exclusion politique.
 
JULIEN ARNAUD Vous dites les gens qui ne réfléchissent pas, il y a beaucoup de gens dans votre propre camp qui ne réfléchissent pas, parce que vous vous êtes fait taper…
 
GERARD LONGUET Pas beaucoup !
 
JULIEN ARNAUD Oui ! Eh bien oui, vous vous êtes fait taper dessus par le…
 
GERARD LONGUET J’ai l’habitude ! Ce n’est pas grave.
 
JULIEN ARNAUD Par le Premier ministre, par Alain JUPPE, par François BAROIN ici…
 
GERARD LONGUET Non ! Je ne me suis pas fait taper dessus. Les gens ont dit : « mais…
 
JULIEN ARNAUD Sur les doigts !
 
GERARD LONGUET Non ! Non, non. Ils ont parlé de quelque chose que je n’ai pas dit, je n’ai jamais parlé de négociation, je n’ai jamais parlé d’alliance…
 
JULIEN ARNAUD Donc, ils sont comme les autres ?
 
GERARD LONGUET Ils ne lisent pas…
 
JULIEN ARNAUD Ils ne réfléchissent pas ?
 
GERARD LONGUET Oui ! Parce qu’ils commentent les journalistes et ils ne commentent pas les textes, c’est une erreur, il faut commenter les textes et pas les journalistes.
 
JULIEN ARNAUD Est-ce que, de façon un peu plus discrète, certains de vos amis politiques vous ont soutenu et vous ont dit : Tu as raison ! Il faut en parler, voire, pourquoi pas, évoquer la question de discussion et d’alliance avec le Front National ?
 
GERARD LONGUET Non ! Personne ne veut d’alliance et le Front National surtout pas. En revanche la plupart des élus de terrain se posent la même question : pourquoi autant de voix ? Quelles sont ces questions ? Pourquoi ces questions sont-elles vingt cinq ans après l’impasse de LE PEN toujours présentes dans l’opinion française ? On a quand même le droit de se poser cette question.
 
JULIEN ARNAUD Vous en avez parlé avec Nicolas SARKOZY ? Il vous a appelé ?
 
GERARD LONGUET Nicolas SARKOZY ne m’a pas appelé ! Mais je le rencontre dans les meetings et c’est un sujet… lui aussi s’intéresse à tous les Français, tous les Français appartiennent a eux-mêmes et aucun d’entre eux ne sont en tant que citoyens pestiférés, a priori.
 
JULIEN ARNAUD Hum ! Hum. Il ne vous a pas… vous n’avez pas eu de message de l’Elysée…
 
GERARD LONGUET Non !
 
JULIEN ARNAUD Après cette interview pour vous dire que c’était une erreur, c’était un tort ?
 
GERARD LONGUET Il n’a pas senti nécessaire le besoin de le dire ! Donc, je pense qu’il ne le pensait pas.
 
JULIEN ARNAUD Vous avez, j’imagine, regardé le débat de mercredi soir…
 
GERARD LONGUET Oui !
 
JULIEN ARNAUD Est-ce que… ce que disent les sondages ce matin c’est que l’opinion a plutôt ressenti que c’est François HOLLANDE qui est sorti vainqueur de ce débat, est-ce que c’est votre impression ?
 
GERARD LONGUET Moi je l’ai trouvé agressif…
 
JULIEN ARNAUD François HOLLANDE ?
 
GERARD LONGUET Et superficiel…
 
JULIEN ARNAUD Oui !
 
GERARD LONGUET Oui ! Agressif, avec beaucoup de morgue, beaucoup d’arrogance et superficiel, mais ça c’est le débat. Il avait refusé, vous vous souvenez, les trois débats et ces trois débats ont manqué à nos compatriotes parce que sur tous les sujets il y avait la frustration de ne pas aller au fond et François HOLLANDE se contentait des têtes de chapitre sans pouvoir expliquer en quoi que ce soit que son programme était possible et il y avait, pour le téléspectateur de base – je l’étais – une immense…. une frustration de ne pas pouvoir poursuivre sur une question…
 
JULIEN ARNAUD Mais c’est parce que…
 
GERARD LONGUET Comme vous le faites à cet instant, vous posez deux questions et vous avez raison, trois questions et vous avez raison, c’est la seule façon de progresser...
 
JULIEN ARNAUD Oui ! C’est Nicolas SARKOZY qui…
 
GERARD LONGUET Et François HOLLANDE a refusé ce débat puisqu’il a limité à deux heures cinquante. Et les journalistes, par ailleurs j’ai été très étonné, donnait toujours la parole en premier à François HOLLANDE et jamais au candidat… ce qui demandait à… ce qui impliquait que Nicolas SARKOZY réponde alors que nous avions envie qu’il prenne l’initiative et notamment sur le programme économique qui est une vraie différence, notamment sur le programme budgétaire qui est une vraie différence, là où il y a un vrai risque à Gauche et une vraie solution à Droite avec Nicolas SARKOZY, la durée du débat n’a pas permis d’aller au fond des choses.
 
JULIEN ARNAUD Mais peut-être que Nicolas SARKOZY aurait-il du être moins passif lorsque François HOLLANDE l’interpellait sur ces questions là ?
 
GERARD LONGUET François HOLLANDE s’est très mal comporté ! Il l’interrompait en permanence…
 
JULIEN ARNAUD Oui !
 
GERARD LONGUET Alors je pense que les… parce que la France (soixante quatre millions de Français) ça mérite mieux qu’un seul débat et Nicolas SARKOZY a obtenu la démonstration que les trois débats qu’il demandait étaient nécessaires.
 
JULIEN ARNAUD 47,5 contre 52,5 c’est le dernier sondage de ce matin, ça peut encore se retourner, ça peut encore aller à 50 – 50 ?
 
GERARD LONGUET Comment dire ? Compte tenu du point de départ de Nicolas SARKOZY la tendance est favorable et compte tenu des erreurs constatées au premier tour tout est possible.
 
JULIEN ARNAUD L’UMP va-t-elle exploser en cas de victoire de la Gauche ?
 
GERARD LONGUET Je pense exactement le contraire ! Et en particulier, en raison de ce que nous évoquions ensemble tout à l’heure, du Front National et de la disparition du Centre, le Centre ne s’est plus où il est, la désertion de François BAYROU rend ce courant orphelin et donc il y a autour de l’UMP une UMP ouverte, une UMP qui accepte la diversité, les différences…
 
JULIEN ARNAUD Vous soutenez Jean-François COPE quand il veut des mouvements au sein de l’UMP ?
 
GERARD LONGUET Je soutiens l’UMP, je soutiens l’application des statuts, ce n’est que l‘application des statuts de 2002.
 
JULIEN ARNAUD Oui ! Et qui doit reprendre le leadership du Centre droit au sein de l’UMP, d’après vous ?
 
GERARD LONGUET C’est une action… la question ne se pose pas à cet instant. Parce que la vie présiden… Si ! Pour une raison très simple…
 
JULIEN ARNAUD Il y en a beaucoup qui le pensent ! Je vais vous donner des noms : RAFFARIN, BORLOO, MORIN, entre ces trois là par exemple ?
 
GERARD LONGUET Ce sont des gens dont on a besoin les uns et les autres ! Mais on a besoin surtout d’une coopération, la question des présidentielles aujourd’hui c’est Nicolas SARKOZY, c’est Nicolas SARKOZY et c’est encore Nicolas SARKOZY, ensuite il y aura des Législatives et aux Législatives émergent des talents confirmés ou des jeunes talents, mais le Centre et la Droite ont suffisamment de talents pour occuper l’espace avec une formidable diversité de comportements et une cohérence dans l’action.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 21 juin 2012