Interview de Mme Michèle Delaunay, ministre des personnes âgées et de l'autonomie à France 2 le 9 juillet 2013, sur l'autonomie des personnes âgées et la réforme de la retraite.

Texte intégral


ROLAND SICARD
Bonjour à tous, bonjour Michèle DELAUNAY.
MICHELE DELAUNAY
Bonjour.
ROLAND SICARD
Vous organisez aujourd'hui l’AG des âgés, autrement dit l’Assemblée générale des personnes âgées, on va y revenir, mais d’abord l’actualité politique. Nicolas SARKOZY a fait son retour hier, est-ce que vous avez le sentiment que c’est le vrai patron de la droite ?
MICHELE DELAUNAY
Ecoutez, je dirais autre chose, le retour de Nicolas SARKOZY dépend des Français, pas de Nicolas SARKOZY. Et je leur demande d’avoir de la mémoire et moi tous les jours j’écope contre des engagements non financés pris par le gouvernement précédent, des chantiers laissés en jachère puisque rien n’était financé et maintenant je dois me battre pour chercher ce financement autrement les entreprises ferment. Nous avons vécu, alors je vais le dire autrement, même plus durement. Il a grandement contribué à ruiner notre pays…
ROLAND SICARD
C’est sévère !
MICHELE DELAUNAY
C'est sévère mais je le vis tous les jours.
ROLAND SICARD
Il y a beaucoup de critiques sur l’invalidation de ses comptes de campagne, comment vous jugez ça ?
MICHELE DELAUNAY
Eh bien je juge que nous avons constaté pendant la période même qu’il y avait vraiment un mélange des genres excessif. Il y en a toujours un peu puisque le président de la République doit continuer les devoirs de sa charge pendant la période de campagne, mais là c’était vraiment tout à fait excessif et personnellement je suis assez pétrie de République, cela m’avait choqué.
ROLAND SICARD
Autre actualité, la hausse du prix de l’électricité, plus 10% programmés sur un an, ce n’est pas une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat.
MICHELE DELAUNAY
Ca n’est une bonne nouvelle pour personne, mais remarquons tout de suite que le gouvernement a contrebalancer, au moins en partie, en diminuant le prix de l’abonnement des compteurs.
ROLAND SICARD
Ca sera quand même une perte sévère pour le pouvoir d’achat, il ne faut pas l’oublier.
MICHELE DELAUNAY
Nous le savons, nous le savons…
ROLAND SICARD
Et d’abord pour les personnes âgées.
MICHELE DELAUNAY
Bien sûr, nous savons que l’énergie ne peut qu’augmenter et c’est un des grands challenges qui est le nôtre au quotidien et d’ailleurs vous le verrez dans le plan d’investissement que va révéler Jean-Marc AYRAULT aujourd'hui. Il y a des mesures dans ce sens, c’est-à-dire des mesures d’économies ou de nouvelles énergies.
ROLAND SICARD
Alors, l’AG des âgés, cette Assemblée générale des personnes âgées, sujet important parce que les baby-boomeurs arrivent avec une mentalité totalement différente vis-à-vis de la vieillesse.
MICHELE DELAUNAY
Totalement différente et je me suis auto missionnée pour être la représentante de ces baby-boumeurs, je suis des premières générations d’après-guerre et en effet, vous avez tout à fait raison, d’abord il y a un petit clin d’oeil à 68, l’AG des âgés, nous avons fait la révolution de 68 et nous ferons la révolution de l’âge. Et le sondage que nous allons présenter le dit, c’est-à-dire une attitude nouvelle vis-à-vis de l’âge.
ROLAND SICARD
Qu’est-ce qui a changé par rapport aux générations précédentes ?
MICHELE DELAUNAY
Tout va changer, tout n’a pas encore changé mais tout va changer. C’est-à-dire qu’aujourd'hui déjà les âgés sont plus nombreux que les mineurs et cela va aller en s’accentuant, 30% de la population demain et l’âge, la période après la vie professionnelle, dure aujourd’hui en moyenne, en moyenne, 30 ans…
ROLAND SICARD
C’était un an à la libération.
MICHELE DELAUNAY
C’était un an, on obtient la retraite à 65 ans, l’espérance de vie est de 66 ans, mon âge. Moi je ne signe pas pour cela, mais par contre cela nous donne, aux boumeurs, une responsabilité considérable car nous ne devons pas être une charge et nous devons préserver notre autonomie et aujourd’hui je n’ai que des bonnes nouvelles à annoncer. Oui c’est possible, la perte d’autonomie n’est pas inéluctable, on peut prévenir, on peut retarder et ce sera le premier…
ROLAND SICARD
C’est un des problèmes quand même, parce que l’espérance de vie augmente mais pas l’espérance de vie en bonne santé et c’est un cas particulier à la France.
MICHELE DELAUNAY
Vous avez tout à fait raison, l’espérance de vie en bonne santé stagne…
ROLAND SICARD
Ce n’est pas le cas ailleurs, donc il y a un problème.
MICHELE DELAUNAY
Ce n’est pas obligatoirement le cas dans tous les pays mais il y a un problème et c’est pour cela que le moteur de la loi que je prépare, le volet majeur dans lequel je mets beaucoup de foi, de confiance, même de certitude, c’est le volet prévention, anticipation et réhabilitation. Oui la perte d’autonomie est longtemps réversible, et notre mission est de faire … d’abord de dépister des signes de petites pertes d’autonomie et deuxièmement de faire remonter les gens dans le train de l’autonomie et c’est possible, c’est possible.
ROLAND SICARD
Alors, autre sujet intéressant, les personnes âgées dans la morosité ambiante se disent très heureuses.
MICHELE DELAUNAY
C'est vrai, le sondage est très positif et je suis sûre que ce mouvement va augmenter. Premièrement ils nous disent, l’âge n’est pas la vieillesse et nous nous voulons…
ROLAND SICARD
La vieillesse c’est la perte d’autonomie.
MICHELE DELAUNAY
C’est des pertes d’autonomie progressives, en tout cas en français ce mot a un sens un peu négatif. Donc ils nous disent d’abord cela, ils ne craignent pas d’avancer en âge, ils ont peur de perdre de leur autonomie et ils sont prêts à faire ce qu’il faut pour cela. Deuxièmement ils nous disent, nous sommes actifs et contents de l’être et ça, c’est aussi très positif. N’oublions pas, les âgés sont aujourd'hui la colonne vertébrale de notre cohésion sociale dans les familles bien sûr, mais aussi dans les associations, les partis politiques, les municipalités.
ROLAND SICARD
Sur le plan économique, les personnes âgées c’est aussi un formidable marché, est-ce que les politiques en sont assez conscients ?
MICHELE DELAUNAY
Alors écoutez, non seulement nous en sommes conscients et bien sûr moi en priorité du fait de mon ministère, parce que cette économie qui est une authentique opportunité pour notre pays, la « sylver economy », c’est une économie au service de l’âge. Quand on dit les âgés sont un marché, on dit, on va les plumer, on va… pas du tout, on est à leur service pour leur permettre grâce à la domotique, grâce au numérique, de rester chez eux très longtemps et d’y être en sécurité et non pas dans une forêt de pièges et de risques. Donc tout cela est très positif et je le dis vraiment avec beaucoup de sérieux.
ROLAND SICARD
Les personnes âgées sont inquiètes par rapport à la dépendance, elles attendent beaucoup de l’Etat, est-ce que l’Etat à les moyens d’assumer cette dépendance ?
MICHELE DELAUNAY
Alors elles attendent à la fois beaucoup de l’Etat et beaucoup d’elles-mêmes, ce qui évolue et évoluera encore plus avec l’arrivée au champ de l’âge de la génération 68 qui veut être autonome, émancipée, c’est qu’ils veulent dépendre le moins possible de leur famille. D’abord parce qu’ils savent que c'est un coût important, et deuxièmement parce qu’ils savent que ces familles sont souvent éclatées, séparées, à distance en tout cas dans bien des cas. Et donc en effet, ils comptent sur l’Etat mais ils ne comptent pas seulement et heureusement, sur l’Etat pour prendre en charge une perte d’autonomie, mais pour les aider à ne pas la perdre, ce qui est tout à fait différent et tout à fait nouveau j’ose dire et qui me remplie de confiance moi aussi.
ROLAND SICARD
Merci !
MICHELE DELAUNAY
Merci à vous.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 19 juillet 2013