Interview de Mme Michèle Delaunay, ministre des personnes âgées et de l'autonomie à Europe 1 le 19 juillet 2013, sur les consignes à prendre pour les personnes âgées en cas de canicule.

Texte intégral


ALEXANDRE KARA
Alors la semaine prochaine, un épisode caniculaire est prévu, les températures devraient dépasser les 30 degrés dans le Nord de la France et 35 degrés au Sud. 10 ans après la canicule meurtrière de 2003, les Français ont-ils encore des raisons de s’inquiéter de la chaleur ?
MICHELE DELAUNAY
Très clairement, ce qui relève des pouvoirs publics a nettement progressé et heureusement, ça avait été – vous le savez – un électrochoc véritable. Donc des dispositifs ont été mis en place, les municipalités demandent à tous les âgés de se faire en quelque sorte recenser pour savoir s’ils sont isolés, vulnérables et ils seront recontactés en cas de canicule. Les maisons de retraite sont parfaitement aguerries maintenant, avec des pièces rafraîchies dans chacune, des dispositifs de rappel de personnel. De ce point de vue…
ALEXANDRE KARA
Vous voulez dire que…
MICHELE DELAUNAY
Les choses ont largement progressé.
ALEXANDRE KARA
Vous voulez dire que le dispositif aujourd’hui est déjà en place ?
MICHELE DELAUNAY
Le dispositif existe et aujourd’hui, il n’y a pas de déclenchement d’alerte canicule. Mais vous avez tout à fait raison, cela peut venir. Mais il faut savoir qu’il reste toujours, quelle que soit l’énergie qu’on y mette, des âgés isolés que l’on ne va pas voir suffisamment, qui sont invisibles. Et rien ne remplacera la solidarité de proximité, et j’invite vraiment tous les Français à aller taper à la porte d’une personne âgée dont ils connaissent l’existence dans leur immeuble, vraiment que le réseau de solidarité qui devrait exister chaque jour se mette en marche de manière très solide.
ALEXANDRE KARA
Alors y a-t-il une cellule au ministère qui est chargée de surveiller…
MICHELE DELAUNAY
Bien sûr.
ALEXANDRE KARA
L’évolution de la situation ? Comment ça marche ?
MICHELE DELAUNAY
Bien sûr, et l’an dernier nous avions eu… vous vous rappelez peut-être, une petite canicule de 5 à 6 jours, qui n’avait d’ailleurs entraîné aucun frémissement de surmortalité, les choses se sont très bien passées. On est alertés par les ARS, par les préfectures, par les départements, vraiment on est en lien avec la France entière. Mais je crois qu’il n’est pas totalement inutile de rappeler les choses simples, les âgés n’ont pas la sensation de soif, il faut faire boire et faire boire encore…
ALEXANDRE KARA
Ça, c’est les mesures concrètes…
MICHELE DELAUNAY
Voilà, c’est les mesures… si vous allez chez votre voisine, ce qu’en effet je souhaite beaucoup, vous regardez si elle a bien fermé ses volets, si la pièce est suffisamment fraîche…
ALEXANDRE KARA
Mais est-ce que vous avez pu débloquer des moyens budgétaires en ces temps de disette ?
MICHELE DELAUNAY
Il n’y a pas actuellement à débloquer de moyens supplémentaires…
ALEXANDRE KARA
Les ressources sont suffisantes ?
MICHELE DELAUNAY
Puisque pendant les 10 années, le dispositif s’est bien mis en place, s’est rodé à des occasions globalement assez courtes, et je crois que sa réactivité est éprouvée. Attention ! Ne crions surtout pas victoire, il faut que chacun se sente un peu comptable du résultat, s’il y a une canicule de plusieurs jours.
ALEXANDRE KARA
Alors hier, vous avez dévoilé dans un autre domaine des mesures contre le phénomène de suicide des personnes âgées, les plus de 65 ans aujourd’hui représentent 20 % de la population mais 30 % des suicides, il y a urgence sur ce dossier ?
MICHELE DELAUNAY
Il y a là un vrai sujet, et ce sujet ça commence par la dépression, le dépistage de la dépression. 30 % des âgés présentent des signes significatifs de dépression, je ne parle pas de mal-être ou un coup de cafard, je parle de la maladie, c’est…
ALEXANDRE KARA
Est-ce qu’on peut trouver des moyens d’empêcher ces suicides ?
MICHELE DELAUNAY
Alors le premier moyen d’empêcher des suicides, c’est de soigner, on soigne une dépression des âgés, même des grands âgés comme celle de l’adulte. Donc il ne faut pas hésiter à penser à la dépression. Bien souvent dans nos familles, on se dit : ah oui ! Il ne mange plus, etc., c’est l’âge. Non, il faut toujours avoir le réflexe : est-ce qu’il n’entre pas dans un épisode dépressif.
ALEXANDRE KARA
Vous avez un objectif chiffré, vous pensez parvenir à des résultats rapidement ?
MICHELE DELAUNAY
Alors j’ai surtout un objectif de réduction des suicides, car après ce chemin douloureux qu’est la dépression, bien souvent cela débouche sur un suicide. Et les plus âgés, les plus de 85 ans se suicident 4 fois plus que la population générale. Je dois ajouter que ce sont des suicides radicaux, ce sont des suicides qu’aucune main ne peut interrompre : pendaison, arme à feu, défenestration. Donc une vraie gifle envoyée la figure de la société elle-même, mais aussi des proches qui culpabilisent après coup.
ALEXANDRE KARA
Alors Michèle DELAUNAY, on le voit, vous n’avez pas des dossiers faciles sur votre bureau. Il y a également la réforme de la dépendance, le gouvernement Fillon ne l’a jamais mise en oeuvre. A son tour, François HOLLANDE s’est engagé à la faire aboutir. Alors y aura-t-il un texte sur la dépendance d’ici la fin de l’année ?
MICHELE DELAUNAY
Il y aura un texte qui ne sera pas que sur la dépendance. Notre réforme est plus ambitieuse, avec 3 volets, anticipation et prévention c’est le vrai moteur de la loi. Je n’ai pas des dossiers faciles mais j’ai des dossiers où l’on peut quelque chose, et en particulier retarder et amoindrir la perte d’autonomie. Deuxième volet, adaptation de la société, c'est-à-dire des logements, etc. Et troisième volet, accompagnement de la perte d’autonomie, ce qui correspond à la réforme de la dépendance. La loi sera sur le bureau du Premier ministre et du président de la République avant la fin 2013 et votée dans les mois suivants. L’engagement est pris, nous n’attendrons pas plus longtemps, elle sera prête moins de 18 mois après que nous soyons arrivés aux affaires.
ALEXANDRE KARA
Alors bien sûr c’est ambitieux, le gouvernement Fillon avait…
MICHELE DELAUNAY
Très ambitieux.
ALEXANDRE KARA
Renoncé faute justement de crédits. Alors comment vous allez financer cette réforme ?
MICHELE DELAUNAY
Alors le financement sera décidé au moment même de la loi, mais les pistes justement doivent être arbitrées avant que je les annonce. Deuxième point, la loi montera en charge en 3 paliers successifs, car nous savons qu’en 2014 – date du vote – nous ne pourrons pas tout faire d’un coup, mais nous le ferons.
ALEXANDRE KARA
Mais ça se fera comment, c’est une réaffectation des ressources la piste principale, ou alors ça pourrait être un nouvel effort demandé aux Français ?
MICHELE DELAUNAY
Il y aura un effort de solidarité…
ALEXANDRE KARA
Donc un impôt !
MICHELE DELAUNAY
Plus une réaffectation des ressources.
ALEXANDRE KARA
Alors on se souvient que vous aviez mal vécu l’opération « transparence » des ministres il y a quelques mois, vous l’avez vu, le Sénat cette semaine a retoqué la publication des patrimoines des parlementaires au Journal officiel. Est-ce que vous regrettez, est-ce que vous trouvez désormais que la loi ne va pas assez loin ?
MICHELE DELAUNAY
Ecoutez ! Je l’avais mal vécue pendant 48 heures, tout simplement parce qu’en 3 jours il fallait que nous ayons tous les justificatifs, j’avais fait réactualisé mon patrimoine, c’est vrai que c’est un moment désagréable. Mais très honnêtement, maintenant je pense que nous avons bien fait de le faire, les Français ont d’ailleurs montré leur maturité. Pendant 24 heures, il y a eu un peu de bashing, mais ils ont compris la nécessité de cette transparence. Et très clairement, maintenant la parole est donnée aux parlementaires…
ALEXANDRE KARA
Vous leur dites quoi aux parlementaires…
MICHELE DELAUNAY
La loi…
ALEXANDRE KARA
Ne soyez pas frileux, allez-y !
MICHELE DELAUNAY
La loi va repasser à l’Assemblée et je crois en effet qu’il faut savoir – quand on entre dans la vie politique – ne pas être frileux. Personnellement cette transparence, alors que j’étais un petit peu en tête de peloton, ne me gêne nullement et je pense qu’elle est saine.
ALEXANDRE KARA
On dit : les ministres éreintés en cette fin de saison, c’est votre cas ?
MICHELE DELAUNAY
Ecoutez ! Il est vrai que c'est un sport de haut niveau d’être ministre…
ALEXANDRE KARA
Vous les entendez autour de vous dire « on n’en peut plus, il faut partir en vacances » ?
MICHELE DELAUNAY
Pas vraiment. Vous savez, je crois que… disons le vraiment en pleine sincérité, chacun de nous est plein du sentiment de responsabilité, il veut que dans son domaine il y ait un progrès, il y ait des mesures concrètes. Nous sommes plus à nous « battre » pour que notre projet de loi passe le plus tôt possible, et vous avez vu que le programme parlementaire était totalement chargé, parce que nous voulons faire, faire.
ALEXANDRE KARA
Vous allez partir en vacances vous, quand ?
MICHELE DELAUNAY
Je vais partir selon les prescriptions 12-15 jours dans les Landes tout bêtement, là où je vais depuis 55 ans, mais avec un syndrome de menace particulier, car c’est vrai que le moindre frémissement de canicule me ramènerait à Paris.
ALEXANDRE KARA
Donc vous allez surveiller attentivement la météo ?
MICHELE DELAUNAY
Bien évidemment.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 5 août 2013